dimanche,28 novembre 2021
AccueilA La UneGabon: Franceville célèbre la sage-femme et s’interroge sur sa place dans la...

Gabon: Franceville célèbre la sage-femme et s’interroge sur sa place dans la société

Ecouter cet article

La Journée mondiale de la Sage-Femme est célébrée chaque 5 mai de l’année.  Au Gabon, ce 5 mai 2020, l’association des Sages-femmes du Gabon, section Haut-Ogooué, présidée par Christiane Matteya a tenu à marquer le coup à travers une table-ronde animée à la Radio Mvouna à Franceville. Pour ses dames de l’ombre en milieu hospitalier, la sage-femme doit être remise au centre des préoccupations de la femme et de l’enfant. En cette période marquée par le Covid-19, leur présence dans l’espace public est indispensable pour sauver des vies, mais leurs conditions professionnelles méritent meilleure considération de la part des autorités compétentes.

Cheville ouvrière dans le milieu médical, la Sage-femme n’est pourtant pas traitée à sa juste valeur. Reléguée au rang de simple assistante par les profanes et certains de leurs collègues du corps médical, ce sont pourtant de véritables actrices du bien-être de la femme et de l’enfant. C’est pourquoi, les membres de l’Association des Sages-femmes du Gabon, section Haut-Ogooué et praticiennes à Centre hospitalier régional Amissa Bongo se sont réunies autour d’une table pour célébrer ce soldat de l’ombre qui a tant à offrir à l’humanité sur les ondes de Radio Mvouna à Franceville.

La profession de sage-femme est vieille comme le monde bien que sa reconnaissance ait pris du temps à s’imposer. Pour Christiane Matteya, présidente de l’Association des sages-femmes du Gabon, section Haut-Ogooué, « la profession de sage-femme est bénie depuis la nuit des temps, car là où il y a une naissance ou une femme et un enfant en détresse on a besoin d’elle. C’est une profession qui est citée dans la Bible », indique-t-elle. C’est vrai que le métier est cité dans la Bible dans les livres de la Genèse et l’Exode. 

Sandjot Elodie, membre de l’association des Sages-femmes du Gabon, section Haut-Ogooué et maire du 3ème arrondissement de Franceville © GMT

Revenant sur l’histoire de la journée mondiale de la sage-femme, Elodie Sandjot, membre de l’association des Sages-femmes du Gabon, section Haut-Ogooué et maire du 3ème arrondissement de Franceville, rappelle que le Gabon en est à sa 19ème célébration. « La journée internationale de la sage-femme a été initiée depuis 1990 au Congrès de la Confédération internationale des sages-femmes qui s’était tenu au japon. Ce n’est que le 5 mai 1991 que le monde a célébré la journée internationale de la sage-femme. Au niveau du Gabon, nous sommes à notre dix-neuvième célébration. 19 ans, c’est l’âge de la majorité même pour un métier », précise-t-elle.

Tour à tour Perfide Adame et Edith Nkoura, toutes deux également membres de l’association n’ont pas manqué de relever l’importance de la sage-femme en milieu hospitalier et familial. Comme l’a précisé la présidente de l’association, « la sage-femme représente à la fois une profession de santé et médicale, qui a pour mission principale le suivi de la femme pendant qu’elle est enceinte, lors de son accouchement et après. Elle est en première ligne dans la lutte contre la mortalité maternelle et néo-natale, etc. De la consultation pré-natale, jusqu’à la SMI où on fait le suivi de l’enfant après l’accouchement sont autant de missions dévolues à la sage-femme au quotidien », ajoute Christiane Matteya.

Néanmoins, les sages-femmes du Haut-Ogooué, à travers leur association, regrettent que les autorités compétentes ne s’intéressent pas de très à leurs conditions. En effet, une sage-femme au Gabon commence sa carrière en catégorie A2 et prend sa retraite dans la même catégorie. Si par ambition elle souhaite grimper les échelons, elle est obligée de tronquer sa veste de sage-femme et intégrer l’administration en s’éloignant de son métier choisi par vocation. Des réformes dans ce secteur seraient le bienvenu.

Laissez votre commentaire

Lauris Pembahttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en droit Public, je suis passionnée par le journalisme depuis des années. J'anime l'actualité au quotidien sur GMT depuis son lancement en juillet 2016.
Enami Shop