Gabon: le FMI souligne «les risques budgétaires que représentent les entités publiques»

Jean Marie Ogandaga, Boileau Loko et Jean Fidèle Otandault © GMT

Présente à Libreville du 7 au 16 novembre 2018 pour une mission d’évaluation, la délégation du Fonds monétaire international (FMI) conduite par Boileau Loko, a pu se rendre compte de la situation économique globale du pays. Ainsi, « la mission a mis en évidence les risques budgétaires que représentent les entités publiques », et « qu’il est nécessaire d’accélérer la liquidation des trois banques en difficulté ».

Après avoir souligné dans son rapport de mission que la reprise économique devrait s’affermir en 2019, et que les perspectives restent prometteuses avec une projection de croissance du PIB de 5 % à moyen terme, Boileau Loko a souligné quelques points négatifs. Ainsi, pour lui les entités publiques représentent « un risque budgétaire » pour lequel il serait judicieux d’agir dès à présent.

En effet, pour la délégation du FMI « en dépit de certains progrès, la situation financière de plusieurs entités et entreprises publiques reste précaire », faute d’une amélioration, cette situation pourrait représenter « des passifs conditionnels considérables pour l’État ». Face à ce constat, les autorités ont réitéré leur détermination « à renforcer le contrôle des dépenses des comptes spéciaux ».

En outre, le rapport de la mission souligne « qu’il est nécessaire d’accélérer la liquidation des trois banques en difficulté et de s’attaquer promptement au niveau excessif des prêts improductifs afin de renforcer le secteur bancaire ». De plus, pour l’institution de Bretton Woods « il est crucial de continuer d’améliorer le climat des affaires », ce qui rejoint le constat déjà fait par la Banque mondiale dans son classement Doing business.

Laissez votre commentaire