mardi,29 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: Fin du calvaire de Yeo Shifowa le 13 septembre prochain

Gabon: Fin du calvaire de Yeo Shifowa le 13 septembre prochain

Incarcéré depuis bientôt 4 ans pour des faits présumés de « falsification des résultats» et « trouble à l’ordre public » en rapport avec les dernières élections présidentielles ayant donné pour vainqueur Ali Bongo Ondimba, Yeo Shifowa Namogo qui a comparu le 14 août dernier avec un jugement placé en délibéré le ce vendredi 21 août a été condamné à 5 ans de prison dont une année avec sursis. Ayant déjà effectué une bonne partie de sa peine en détention préventive, l’informaticien recouvrera sa liberté le 13 septembre prochain. Une libération très attendue pour lui qui mettra fin au calvaire qu’il a vécu à « Sans Famille ».

5 ans de prison assorti d’une année de sursis et d’une amende de 2 millions de francs Fcfa auxquels s’ajoute une interdiction de séjour au Gabon de 10 ans. C’est le verdict rendu ce vendredi 21 août par le tribunal correctionnel spécial de Libreville vis-à-vis de Yeo Shifowa. 

Informaticien travaillant pour Jean Ping, opposant et candidat malheureux à l’élection présidentielle d’août 2016, Yeo Shifowa Namogo avait été accusé par le régime en place d’avoir falsifié plusieurs chiffres relatifs à cette élection.  Il lui était précisément reproché par le parquet la « falsification des résultats» et le « trouble à l’ordre public ». Au lendemain de l’attaque du quartier général de Jean Ping, il avait été arrêté et placé sous mandat de dépôt le 13 septembre 2016 à la prison centrale de Libreville. C’est 4 ans plus tard, jour pour jour, qu’il sera libéré au terme d’une décision rendue par la justice gabonaise.  

Une décision du reste salée par l’avocat de l’informaticien Maître Davy Hermann Zassi Mikala. « La décision rendue au nom du peuple gabonais est conforme au droit. C’est une affaire qui avait été douloureuse parce que c’était pendant un climat politique particulier. Aujourd’hui, la justice gabonaise a redonné de l’honneur à monsieur Yeo et la justice gabonaise a été à la hauteur de la décision » a-t-il déclaré avant de spécifier tout de même que ladite décision n’a aucun lien avec la politique et que seul l’esprit de la justice a prévalu dans cette affaire. « Ce n’est pas une décision politique puisque Yeo Sihifowa n’était pas un prisonnier politique. C’est une décision de droit. Et force reste à la loi. Dura lex sed lex et mon client va pouvoir recouvrer la liberté. C’est le plus important. Il pourra rejoindre sa famille et le Gabon aura lavé son honneur », a-t-il en outre expliqué. 

Pour le concerné, c’est le soulagement et la délivrance après ces années passées en détention où pour en sortir indemne, il a dû effectuer des tâches ménagères.  « C’est une très bonne décision. Je suis heureux de pouvoir partir du Gabon, rejoindre mes proches et merci à la justice gabonaise. Je suis arrivé dans le cadre du travail. Malheureusement, cela m’a valu 4 ans  de détention loin de mes enfants et mes frères,  sans aucun soutien. J’ai dû faire des corvées pour survivre dans des conditions de détention compliquées. Grâce à Dieu, je suis sorti vivant c’est le plus important », a indiqué Yeo Shifowa Namogo. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt