Gabon: fermeture de nombreux stades à cinq jours du championnat national 

L'Engong Stadium d’Oyem envahi par de hautes herbes © D.R

Les stades de Libreville, Franceville, Port-Gentil, et d’Oyem seront fermés au public pendant une durée indéterminée. C’est ce qu’annoncent les agents de l’Agence nationale de gestion et d’exploitation des infrastructures sportives et culturelles (Anageisc) sur leur page Facebook. Après de nombreuses négociations avec la tutelle, les neuf sites dont l’agence avait la charge vont devoir fermer leurs portes, à cinq jours du lancement du championnat national de football.

GABON LIBREVILLE

Depuis la décision de supprimer l’Anageisc prise en Conseil des ministres le 16 novembre 2018, le collectif des agents lésés de ladite structure a pris attache avec le ministère des Sports pour tenter de trouver une solution à leur problème, sans succès. C’est suite à cet échec qu’ils décident de passer à la vitesse supérieure. « Cette situation malencontreuse est la résultante de nos échanges infructueux avec notre tutelle technique, le Ministère des Sports (…) », lit-on dans le communiqué.

Ainsi, non contents du traitement qui leur a été réservé par la tutelle, les agents de l’Anageisc ont décidé de mettre temporairement en cessation d’activités l’ensemble des neuf sites dont ils avaient la charge. Il s’agit notamment du stade de l’Amitié Sino-Gabonaise, du stade de Nzeng-Ayong, du stade de l’INJS, du stade de Franceville, du stade de Mbaya, du stade de Moanda, du stade de Bongoville, du stade de Port-Gentil et du stade d’Oyem.

Cette fermeture des stades par l’Anageisc intervient cinq jours avant le lancement de la saison 2018-2019 du championnat national de football de 1ère division après une longue agonie. Si le match d’ouverture aura bel et bien lieu le 23 février prochain au stade Mbombet de Mouila, chef lieu de la Ngounié, la suite du championnat sera un véritable casse-tête pour la Ligue nationale de football professionnel (Linafp) qui devra attendre la résolution de cette crise naissante par la tutelle.

Laissez votre commentaire