Gabon: fermeture «à titre conservatoire» du centre de formation des conducteurs de la Setrag

Justin Ndoundagoye, ministre en charge des Transports © D.R.

Le récent accident qui a eu lieu sur les lignes de chemins de fer, a contraint le gouvernement à réagir. Ainsi, au sortir d’une rencontre avec le directeur général de la Setrag Patrick Claes et le secrétaire exécutif de l’Autorité de régulation des transports ferroviaires (ARTF) Léandre Kiki, le ministre des Transports et de la Logistique Justin Ndoundangoye, a pris la décision de « suspendre à titre conservatoire », le centre de formation des conducteurs de la Setrag.



C’est ce qui ressort de la rencontre de ce dimanche 19 mai entre le ministre des Transports et de la Logistique Justin Ndoundangoye, le directeur général de la Setrag Patrick Claes et le secrétaire exécutif de l’Autorité de régulation des transports ferroviaires (ARTF) Léandre Kiki. Suite à l’énième accident qui a lieu dans la nuit de samedi à dimanche et qui a coûté la vie à deux Gabonais, le ministre a décidé de réagir.

En effet, impliquant la Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag), cet accident qui est le dernier d’une longue série, a suscité l’indignation. Imputant cet accident au comportement des conducteurs, Justin Ndoundangoye a donc décidé de « suspendre à titre conservatoire, les formations au niveau du centre de formation de la Setrag ».

Justifiant cette décision, le membre du gouvernement a indiqué « il est temps que l’Etat intervienne dans le processus de formation des différents conducteurs et aide-conducteurs », avant de conclure en ajoutant que, « c’est un dossier que je vais piloter avec le département ministériel en charge de la formation professionnelle ».

Avec cette décision, Justin Ndoundangoye espère traiter le récurrent problème des accidents de train en amont, en ayant notamment une réelle visibilité sur le niveau de formation proposé par le centre de formation des conducteurs de la Setrag. Pour rappel, ces nombreux accidents, ont un réel impact économique, puisqu’ils ont été en 2018, à l’origine de la baisse du volume de marchandises transporté.

Laissez votre commentaire