Gabon: «face à l’imposture», l’appel au sursaut patriotique des Dix

Maxime Minault Zima Ebeyard et Marc Ona Essangui, deux des 10 "citoyens libres" ayant lancé l’appel au sursaut patriotique © D.R

Réunis à la Chambre de Commerce de Libreville le 28 février, dix Gabonais ont appelé le peuple à agir pour libérer le Gabon. Face à ce qu’ils ont qualifié d’imposture, ils demandent d’y opposer des actions fortes et une résistance à toute épreuve. Les Dix ont lancé un ultimatum aux autorités de se ressaisir avant le 31 mars 2019, après quoi tout sera envisageable.

C’est à la faveur d’une rencontre organisée à la Chambre de Commerce de Libreville le jeudi 28 février que dix compatriotes ont lancé un appel à agir au peuple gabonais. Ces compatriotes « conscients et responsables » ont exhorté le peuple à barrer la route à « l’imposture » et à sauver le Gabon avant qu’il ne soit trop tard. Pour ces compatriotes, Ali Bongo Ondimba n’est plus en mesure de diriger le Gabon.



Cet appel qui intervient quelques jours après l’arrivée du Chef de l’Etat à Libreville où il a présidé le Conseil des ministres, dénonce également les nombreuses violations des droits de l’Homme.  « Lorsqu’une autorité se drape des oripeaux d’une autre ou exerce les charges dévolues à une autre, cela porte un nom : imposture. Le désordre s’est installé au sommet de l’Etat, ruinant les minces et fragiles acquis de l’Etat de droit, de la Démocratie et des droits de l’Homme », ont clamé les Dix.


Ainsi, face à ce constat alarmant et aux moyens déployés par les autorités pour maintenir le peuple dans l’opacité entourant la conduite de l’Etat, les Dix appellent au rassemblement et à la vigilance. Ils rappellent au passage que cet appel doit être fait pour le Gabon, pour sa survie et pour les générations futures. « Travaillons ensemble pour sauver notre Patrie en péril, pour laver son honneur et ouvrir des perspectives aux jeunes générations. Travaillons ensemble pour exiger que soit mis fin à l’imposture actuelle qui n’a que trop duré », ont déclaré les Dix.

En revanche, bien que s’adressant à tous les Gabonais de quelque bord que ce soit et où qu’ils se trouvent, les Dix ont tout de même tenu à préciser que leur appel concernait particulièrement ceux qui ont la charge de la gestion de l’Etat. A ces derniers, ils exhortent de se plier à l’autorité de la loi et au respect de la Constitution. « Nous lançons cette initiative qui vise, non à opposer les Gabonais, mais à rassembler sans exclusive tous les citoyens qui ont à cœur de sauver notre pays du péril qui le menace », ont-ils assuré.

Aussi, pour concrétiser leur appel à l’action, Placide Aubiang Nzeh, Noël Bertrand Boudzanga, Elza-Rituelle Boukandou, Franck Ndjimbi, Nicolas Nguéma, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, Anges kevin Nzigou, Marc Ona Essangui, les honorables Edgard Owono et Maxime Minault Zima Ebeyard ont promis de sillonner l’ensemble du territoire national à la rencontre de tous les Gabonais, y compris ceux du pouvoir et les représentations diplomatiques accréditées au Gabon afin d’en appeler à leur responsabilité.

Pour montrer le sérieux de leur démarche et la détermination qui est la leur, les Dix n’ont pas manqué de donner un ultimatum aux autorités et au peuple gabonais. « D’ici le 31 mars, si rien n’est entrepris pour mettre fin à cette imposture, à Libreville comme dans les  provinces de notre pays, nous devons agir, individuellement, pacifiquement et pour exiger que soit mis fin à l’imposture en cours », ont conclu les Dix.

Laissez votre commentaire