mercredi,12 août 2020
Accueil A La Une Gabon : et Dodo Bounguendza renia BLA et compagnie trois fois !

Gabon : et Dodo Bounguendza renia BLA et compagnie trois fois !

« Avant que le coq chante deux fois, tu m’auras renié trois fois », ce propos de Jésus Christ à l’apôtre Pierre sied bien à la posture adoptée par le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG) Eric Dodo Bounguendza sur la situation de certains hauts cadres de cette formation politique, actuellement incarcérés à « Sans Famille » dans le cadre de l’opération Scorpion. S’exprimant au cours d’un entretien avec la presse ce vendredi 31 janvier 2020, ce dernier a indiqué que ces personnalités en détention ne peuvent plus exercer leurs fonctions. Une façon on ne peut plus claire, de honnir et de répudier Brice Laccruche Alihanga et ses BLA-boys auxquels le « parti de masse » a pourtant fait allégeance pendant près de deux ans.  

- Advertisement -Global Media Time Gifpx

Depuis l’interpellation, puis le placement sous mandat de dépôt de plusieurs hauts cadres du PDG, dont la plus emblématique reste Brice Laccruche Alihanga, directeur de cabinet politique du président du PDG, cette formation s’était mollement exprimée, se contentant simplement d’assurer son soutien à l’opération anti-corruption. Acculé par l’opinion et chargé de toute part sur la question relative au maintien de ces hauts cadres au sein de l’appareil décisionnel du « parti de masse », son secrétaire général Eric Dodo Bounguendza a tenu à lever toute équivoque en se prononçant clairement sur la situation.  

Face à la presse nationale, Eric Dodo Bounguendza, a indiqué que les personnalités membres du PDG, actuellement en détention préventive dans le cadre de l’opération anti-corruption « Scorpion » en cours, ne peuvent plus exercer leurs fonctions. Pour justifier cette première position, le secrétaire général du parti au pouvoir a brandi, il faut le dire, tardivement, des dispositions statutaires qui selon lui « sont suffisamment claires. Tout camarade privé de sa liberté, fût-il de façon momentanée, n’exerce plus ses responsabilités au sein du PDG, en attendant que la justice se prononce ! »

Gabon Gabonmediatime Ogooué Lolo Laccruche Alihanga Dodobounguendza Gabon
Brice Laccruche Alihanga main jointe avec plusieurs personnalités politique de l’Ogooué-Lolo dont Eric Dodo Bounguendza © D.R.

Une posture pour le moins curieuse, et qui ne manque pas de susciter des interrogations lorsque l’on se rappelle avec quel enthousiasme, le secrétaire général Eric Dodo Bounguendza avait accueilli l’ancien tout puissant DCPR et « messager intime » lors de la tournée de ce dernier dans l’Ogooué-Lolo. Pour se remémorer ce deuxième reniement, l’opinion a encore en mémoire, cette photo emblématique de jonction de mains aux allures de pacte entre BLA et plusieurs personnalités de cette province, dont le très sémillant SG du « parti de masse », Eric Dodo Bounguendza. 

Un retournement de veste ahurissant, pour un des soutiens de la première heure de Brice Laccruche Alihanga qui en raison de sa posture renie insidieusement celui qu’il a pourtant adoubé et soutenu dans toutes ses initiatives, même les plus critiquables du temps de la toute puissance du « Messager intime ». L’opinion se souvient d’ailleurs de l’adoubement de plusieurs néo-pédégistes aux dernières élections couplées locales et législatives d’octobre 2018 au détriment des militants de la première heure comme ce fut le cas à Bitam avec Tony Ondo Mba en lieu de place des cadors tels Pastor Ngoua Neme, Emmanuel Edou Eyene, ancien maire de la localité. Même cas de figure dans le 2ème arrondissement de Franceville où Justin Ndoundangoye, pourtant présenté aux populations de Ngouoni par Idriss Ngari, lors de son entrée au gouvernement, ce dernier a finalement été le candidat dans la capitale provinciale sur un siège convoité par Lambert-Noël Matha. 

Par ailleurs, revenant sur le probable remplacement de BLA, Eric Dodo Bounguendza a souligné qu’il revient au président de cette formation politique Ali Bongo Ondimba, « maître des horloges, de décider, quand bon lui semblera, de pourvoir les fonctions vacantes ». Une position qui tranche donc avec le débat autour du maintien de Brice Laccruche Alihanga et compagnie à des postes de haute responsabilité dans le parti. Le SG préfère donc laisser le soin au « Distingué camarade président » d’éclairer l’opinion sur cette situation. 

Toutefois, si cette sortie a le mérite d’éclairer la lanterne de l’opinion, elle reste ambiguë sur ce qui ressemble à un véritable reniement par le Parti démocratique gabonais de ses militants soupçonnés de détournements de deniers publics, un frein au développement du Gabon. En effet, en plusieurs décennies d’existence, cette formation politique n’a jamais daigné défendre ses militants et sympathisants cités par la justice préférant se vautrer dans le discours bienséant du soutien aux décisions du « maître des horloges, le Distingué camarade président ». In fine, le message adressé aux militants est clair comme ces paroles du Christ à l’apôtre Pierre : « Avant que le coq chante deux fois, tu m’auras renié trois fois » !

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt