mercredi,23 septembre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: entre explosion de la dette et risque de crédit substantiel, le...

Gabon: entre explosion de la dette et risque de crédit substantiel, le FMI inquiet de la situation économique

Dans un climat de dégradation de la situation économique mondiale comme en témoignent à la fois la chute vertigineuse des prix du pétrole et la récession annoncée ce mardi par le Fonds monétaire international (FMI), le Gabon dont la note de crédit souveraine vient d’être fortement dégradée par l’agence de notation Fitch ratings, voit ses perspectives s’assombrir. Entre explosion de sa dette publique, chute des recettes et incapacité à honorer ses engagements, le pays voit son risque d’insolvabilité se multiplier de jour en jour.

L’air de rien, en annonçant le décaissement de 88 milliards de FCFA pour aider le Gabon à faire face aux besoins urgents liés à la pandémie de Covid-19, et en excluant quelques jours plus tard le Gabon de sa liste des pays bénéficiant d’un allégement immédiat du service de la dette contrairement à 19 autres pays africains dont le Rwanda, le Fonds monétaire international (FMI) a jeté l’opprobre sur la gestion des autorités.

Et pour cause, de la mise en œuvre depuis 2012 du Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE) qui visait à faire du pays une nation émergente à l’horizon 2025, à la mise en place du Plan de relance économique (PRE) 2017-2019 afin « d’impulser une dynamique nouvelle », la gestion n’a pas toujours été orthodoxe, loin s’en faut. En effet, parti d’un ratio dette/PIB de 32,2% en 2014, le Gabon affiche aujourd’hui un ratio de plus en plus proche du « fameux » seuil communautaire soit 65% selon des sources concordantes.

Dans ces conditions, le pays qui affiche désormais un « risque de crédit substantiel » comme l’a souligné dans son dernier rapport l’agence de notation américaine Fitch Ratings, voit ses perspectives s’assombrir. D’ailleurs, interrogé sur cette situation par nos confrères de L’Union, le Chef de mission du FMI pour le Gabon Boileau Loko, s’est montré dubitatif. Pour lui, si « la dette publique reste soutenable (…) le choc Covid-19 combiné à l’effondrement des prix du pétrole entraînera une augmentation du niveau de la dette publique en 2020 ».

Inquiétante voire alarmante au regard du peu d’investissements réalisés dans des projets prioritaires au cours de la dernière décennie malgré des moyens pour le moins colossaux, cette situation qui suscite donc les inquiétudes du FMI, pourrait entraîner une crise de confiance des investisseurs mais également d’autres partenaires multilatéraux. Seule issue désormais, un changement de paradigme porté par un élan d’orthodoxie financière, ce qui pour l’heure fait cruellement défaut.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Street 103 Gabon Gmt