Gabon: en surliquidité, les banques peinent à trouver des projets et des entreprises à financer

C’est un paradoxe étroitement lié à la nouvelle réglementation imposée par la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC). En surliquidité avec un excédent bancaire en hausse de 7,7% à 714 milliards de FCFA, les banques gabonaises peinent pourtant à trouver des débouchés. Conséquence, malgré une capacité financière équivalente aux dépenses budgétaires de l’État, les banques peinent à trouver des projets à financer. 

C’est ce que nous apprennent les services économiques de l’ambassade de France au Gabon. Alors qu’elles disposent d’un excédent de trésorerie s’élevant à 714 milliards de FCFA, en progression de 7,7% entre avril 2018 et avril 2019, les banques gabonaises peinent à trouver des opportunités de financement. Ainsi, malgré une surliquidité bancaire, le climat des affaires constitue un frein pour le secteur bancaire. 

En effet, comme le soulignent les services économiques de la représentation française, le secteur privé gabonais, notamment les Petites et Moyennes entreprises (PME) ne présentent que peu voire pas  assez de garanties. Ces dernières mêmes lorsqu’elles sont déclarées, présentent des documents peu fiables et souvent incomplets. 

Déjà soulignées par le dernier rapport Doing Business, ces difficultés pour les banques gabonaises révèlent un climat des affaires incertain malgré cinq réformes majeures. Elles mettent également en exergue, les taux des prêts élevés des banques qui sont jugés décourageants pour les particuliers et les entreprises, qui préfèrent se tourner vers la microfinance qui elle, a des taux plus avantageux. 

Lire aussi : Doing Business 2019: le Gabon passe de la 167ème à la 169ème place 

Néanmoins, ces difficultés, si elles sont révélatrices du déclin du Gabon en matière d’amélioration du climat des affaires, soulignent la bonne santé d’un secteur bancaire vitrine de l’État. A charge désormais pour les autorités, d’accentuer les réformes visant à rendre les crédits aux entreprises plus accessibles, puisque cet aspect constitue l’un des points faibles du Gabon dans le Doing Business.

Laissez votre commentaire