lundi,28 novembre 2022
AccueilDerniers articlesGabon : en panne de liquidités, le gouvernement s’en remet une nouvelle...

Gabon : en panne de liquidités, le gouvernement s’en remet une nouvelle fois aux marchés de capitaux internationaux

Ecouter cet article

Malgré une croissance économique en augmentation et supérieure à la moyenne CEMAC en 2019, et des perspectives macroéconomiques relativement reluisantes à court-moyen terme, le gouvernement gabonais doit faire face à l’instar de nombreux gouvernements d’Afrique subsaharienne, à des défis de liquidité. Ainsi, pour faire y face, les autorités se sont une nouvelle fois résolues à souscrire un eurobond d’une valeur de 1 milliard de dollars.

Alors que la dette extérieure des pays africains est jugée « excessive » par la Banque africaine de développement (BAD) notamment à cause des emprunts obligataires internationaux qui en représentent le quart, de nombreux gouvernements en panne de liquidités, vont devoir se résoudre à multiplier les tirages extérieurs face à l’incapacité des banques locales à suivre.

Dans ce contexte, le gouvernement gabonais malgré une croissance supérieure à la moyenne sous-régionale avec une situation budgétaire excédentaire à fin 2019, s’est résolu à souscrire un nouvel eurobond d’un montant de 600 milliards de FCFA d’une maturité de 10 ans. Si cette opération traduit « la confiance des investisseurs internationaux sur les perspectives optimistes de la politique économique du Gabon » comme le souligne le gouvernement, elle révèle un tout autre aspect. 

En effet, avec des dépenses de personnel évaluées à 661 milliards de FCFA en 2020 comme on peut le souligner dans la loi de finances, le gouvernement peine pour l’heure à réellement optimiser ses ressources. Résultat, il peine à répondre aux attentes des populations en termes d’investissements pour le développement.

Dans un environnement socio-économique où les demandes sociales sont fortes et concernent principalement les services de base, le gouvernement qui peine donc à mobiliser efficacement des ressources financières locales, s’est donc vu forcé d’emprunter sur les marchés internationaux. Au regard des difficultés éprouvées pour le remboursement de l’eurobond précédent et dont la maturité est 2024, ce nouvel emprunt obligataire international obère un peu plus des perspectives à long terme. 

Henriette Lembet
Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Global Media Time Gif
Enami Shop
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x