Gabon: les employés de Sogatra accusent leur directeur d’avoir détourné la subvention

Piquet de grève des agents de la Sogatra au Trésor © GMT

Le syndicat de la Société gabonaise de transport (Sogatra) est sur le pied de guerre. Pour cause, les employés de l’unique société publique de transport urbain soupçonnent leur directeur général, Bruno Minko Mi Ngoua, d’avoir détourné une partie de la subvention destinée aux arriérés des salaires de 2018. Le ministre des Transports et du Tourisme a instruit ses collaborateurs de faire la lumière sur cette affaire.

GABON LIBREVILLE

Rassemblés ce lundi 24 juin 2019 autour du ministre des Transports et du Tourisme Justin Ndoundagoye, les leaders syndicaux de la Sogatra ont dénoncé la détérioration des relations avec la direction générale de l’entreprise. Pour les syndicalistes, le directeur général Bruno Minko Mi Ngoua aurait « distrait une partie de la subvention destinée aux arriérés de salaires de l’année 2018 ».

Aussi, les syndicalistes reprocheraient au directeur général de la Sogatra d’avoir imposé des taux de réduction de salaires concédée dans l’accord signé au terme des dernières négociations consacrées à la délicate question de la maîtrise des effectifs. Cette rencontre intervient après un énième mouvement des personnels de Sogatra observé la semaine dernière.

Pour le ministre des Transports et du Tourisme, dans son rôle d’arbitre, il vaut mieux commencer par établir les responsabilités dans cette affaire. Et ce « dans les hypothèses d’aversion ou de déni des faits, avec les conséquences qui suivraient ». Pour cela, il a instruit ses collaborateurs de collecter tous les éléments relatifs à ce dossier, non sans rappeler les droits et devoirs des agents syndiqués.

En effet, Justin Ndoundangoye a rappelé qu’autant il est important de défendre les acquis sociaux, la protection de l’outil de production et la participation au développement de l’entreprise, autant il faut songer au respect de l’autorité de la direction générale, au renoncement des actes de délation, ainsi qu’à la violation des missions de maintien de l’ordre sur les lieux de travail.

Un discours qui a rassuré les syndicalistes sur le processus de restructuration de la Société gabonaise des transports et sur les perspectives d’acquisition de moyens roulants supplémentaires.

Laissez votre commentaire