mardi,27 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon: Elza Ritchuelle Boukandou dénonce la mise à mort de l’école républicaine

Gabon: Elza Ritchuelle Boukandou dénonce la mise à mort de l’école républicaine

Dans une interview exclusive accordée à Gabon Media Time qui sera diffusée ce jeudi 8 octobre 2020, la présidente du Parti pour le changement, est revenue sur la nomination de Rose Christiane Ossouka Raponda et sur sa déclaration de politique générale. Pour Elza Ritchuelle Boukandou, l’actuelle locataire de la Primature dans son discours, n’a accordé aucune importance à l’éducation. A l’heure où les écoles privées et françaises sont ouvertes, l’école gabonaise, celle de la République est fermée, sacrifiée sur l’autel d’une riposte sanitaire contestée. 

Le 9 novembre prochain a été arrêté par le gouvernement comme la date effective de la reprise des cours dans tous les établissements et sur tout l’ensemble du territoire national. Une actualité sur laquelle est revenue la leader politique, Elza Ritchuelle Boukandou au moment de commenter la nomination à la Primature de Rose Christiane Ossouka Raponda et partant sa déclaration de politique générale.  

Pour la présidente du Parti pour le changement, la déclaration de politique générale fut révélatrice des priorités du gouvernement Ossouka Raponda. Et les secteurs primordiaux et prédominants de l’éducation et de l’enseignement n’y figurent  malheureusement pas, comme d’ordinaire. « Dans sa déclaration de politique générale en septembre et elle ne fait pas allusion à l’éducation », a-t-elle déclaré. 

Poursuivant son propos, Elza Ritchuelle Boukandou n’a pas manqué de relever l’incohérence née de ce qu’en dépit des mesures gouvernementales instituant la fermeture des écoles sur toute l’étendue du territoire, certains établissement jouissent d’une dérogation spéciale au détriment de l’école publique et républicaine. « Actuellement, il n’y a que des écoles privées, écoles françaises au Gabon qui ont ouvert leurs portes. Mais les écoles de la République là où les enfants du peuple gabonais apprennent sont fermées pour une rentrée hypothétique en novembre », a-t-elle souligné. 

Cette rupture d’égalité entre les enfants de la République et ceux d’une classe sociale plus élevée, le membre du Collectif Appel à Agir ne la digère pas. Mieux, elle trouve indécent et anti-républicain, une telle pratique. « Je trouve ça insultant pour le peuple gabonais et au regard de tous ces faits, de cette situation, on ne peut pas attendre grand chose de Rose Christiane Ossouka Raponda », a-t-elle indiqué. Surtout que son passage dans le gouvernement Nkoghe Bekale n’a été en rien marquant. « Elle était dans le gouvernement de Nkoghe Bekale qu’on a décrié en qualité de ministre de la Défense qu’est ce qu’on a vu ? Rien du tout. C’est pas en étant Premier ministre qu’elle pourra changer grand chose, surtout en cette période de crise liée à la Covid 19 ».

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion