Gabon: Educaf s’insurge contre le plan de destruction du système éducatif par le gouvernement

Des élèves du Lycée Technique Omar Bongo © D.R

C’est par le biais d’un communiqué que l’organisation non gouvernementale Educaf a dénoncé les mesures prises par l’Etat gabonais lors du dernier conseil de ministres du 29 mars adoptant le projet de décret portant modification du décret 404 sur les conditions d’attribution de bourses en République Gabonaise. Elle en a profité pour rappeler les réformes envisagées depuis 5 ans dans le secteur éducatif avant de proposer des voies de sortie de crise.

GABON LIBREVILLE

La première Ong axée sur l’éducation au Gabon a, comme la quasi totalité des acteurs du monde éducatif, r6255éagi aux nouvelles modalités d’attribution de bourses. Ces dernières amendant le décret 404 de 2012 en donnant lieu à des conditions cumulatives à savoir être âgé de 19 ans au plus au moment de la demande, en plus d’une moyenne générale supérieure ou égale à 12/20 à l’examen. Des dispositions surréalistes pour cette organisation dans un climat hostile à l’épanouissement de l’apprenant.

Le président d’Educaf, Geoffroy Foumboula Libeka a décrit l’environnement de travail de l’apprenant lambda qui ne jouit pas des conditions dignes des établissements spécialisés subventionnés par l’Etat. « On note que si ces conditions peuvent être valables au Prytanée Militaire du Gabon, il n’en saurait être le cas pour le reste des établissements publics du Gabon qui regorgent de plus de 90% de la population apprenante du Gabon, situation encore plus grave pour les établissements de l’intérieur du pays », a-t-il précisé.

Par ailleurs, elle a rappelé les mesures prises depuis 5 ans. « Le Gouvernement gabonais depuis ces 5 dernières années s’est inscrit dans une démarche de destruction du système académique gabonais traduite par la non construction d’établissements, la transformation d’établissements primaires en établissements secondaires, la suppression des campus universitaires, la surpopulation académique », a-t-il décliné.

A cela s’ajoute selon le premier responsable de ladite structure « La volonté de l’Etat à précariser l’apprenant gabonais. Elle est matérialisée par l’augmentation abusive des droits universitaires, la mise dans la rue sans mesures d’accompagnement de tous les étudiants pensionnaires des campus universitaires, la baisse du pouvoir d’achat des parents d’élèves/étudiants par les mesures d’austérité, l’augmentation du chômage par la fermeture de plusieurs entreprises», a-t-il martelé.

Soulignant les effets néfastes de ces mesures, l’Ong Educaf a tout de même proposé ce qu’elle voyait comme issue de sortie de crise. Pour cela, il faut améliorer les conditions d’études au préalable. Et cela passe par « la construction des établissements répondant aux normes conformément à la loi 21/2011, l’adéquation Formation-Emploi-Entreprenariat , l’augmentation du pouvoir d’achat des parents d’élèves par la suppression des mesures d’austérité et l’association les acteurs de l’Education-État avant des prises de décisions. », a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire