Gabon: Dynamique unitaire va porter plainte contre Olivier Nzaou pour «enlèvements, séquestration et agression»

Le procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville Olivier N’zahou © Gabonreview

Dénonçant une véritable « chasse à l’homme » depuis la déclaration du président de leur confédération syndicale Jean Rémy Yama, orchestrée selon eux par le ministre de la Justice et de l’Intérieur Anicet Mboumbou Miyakou, les membres de Dynamique unitaire  ont dit porter plainte dans les jours à venir contre le procureur de la République de Libreville, Olivier Nzaou pour enlèvements, séquestration et agression, à l’occasion d’une déclaration de presse lue par leur 3ème vice-président, Chantale Mackosso. 



C’est devant la presse nationale et internationale que Dynamique unitaire a annoncé par la voix de Chantale Mackosso, 3ème vice-président de ladite confédération syndicale, considérée comme la plus importante et la plus représentative du Gabon, la saisine des juridictions nationales et internationales contre le procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville, Olivier Nzaou. 

Dénonçant une «  chasse à l’homme » digne des méthodes de la Gestapo  lancée par le procureur de la République de Libreville Olivier Nzaou, sous les ordres de son ministre de tutelle Edgard Anicet Mboumbou Miyakou, contre tous les membres de la Confédération Syndicale Dynamique unitaire », Chantale Mackosso a annoncé poursuivre le procureur pour « enlèvements, séquestration et agression » aussi bien devant les juridictions nationales qu’internationales. 

La confédération syndicale reproche entre autres au procureur de la République des méthodes qui sortent du cadre législatif et constitutionnel notamment la violation La Déclaration Universelle des droits de l’homme en son article 9 qui dispose que « Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé » ou encore le fait que  « Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées » prévu à l’article 11. 

La Confédération Syndicale Dynamique unitaire a par ailleurs condamné avec la plus grande énergie « de telles pratiques qui n’honorent ni leurs auteurs, ni leurs exécutants, ni le Gabon » et n’a pas manqué d’exiger la libération pure et simple et sans condition de ses camarades arbitrairement détenus. 

Laissez votre commentaire