mercredi,5 août 2020
Accueil Derniers articles Gabon: Dynamique unitaire s’insurge contre l’interpellation de Didier Atome Bibang

Gabon: Dynamique unitaire s’insurge contre l’interpellation de Didier Atome Bibang

C’est par le biais d’un communiqué de presse que le président de la Confédération Syndicale Dynamique unitaire (DU) est revenu sur l’audition suivie de la garde à vue par la police judiciaire du président du Syndicat National des Personnels des Eaux et Forêts (Synapef), Didier Atome Bibang, le mardi 6 juillet 2020. Une garde à vue que Jean Rémy Yama a qualifiée d’«arbitraire et illégale », non sans réclamer dans l’immédiat la libération de ce compatriote pour qui la faute aura été celle d’exercer un droit conventionnellement reconnu.  

Global Media Time Gifpx

Jean Rémy Yama et la Confédération Syndicale Dynamique Unitaire se sont exprimés hier mardi 6 juillet 2020 sur la question de l’interpellation et de la garde à vue du leader  du (Synapef) Didier Atome Bibang par la police judiciaire pour des faits présumés de dénonciation calomnieuse et d’interception d’un courrier officiel. 

Informé de la situation et solidaire de l’action de ce syndiqué, la Confédération Syndicale Dynamique Unitaire dans son communiqué a fermement condamné cette interpellation. « La Confédération Syndicale Dynamique Unitaire condamne cette interpellation arbitraire et illégale. En effet, la véritable raison qui explique cette interpellation est la grève déclenchée par les agents du Ministère des Eaux et Forêts, sous la bannière du SYNAPEF pour revendiquer leurs droits », a-t-il déclaré. 

Attachant un prix certain à l’exercice du droit syndical, Jean Rémy Yama dans sa communication ne cache pas son opposition  et sa désapprobation à ce type d’interpellation qui viole manifestement les conventions de l’organisation internationale du Travail. « L’exercice du droit syndical et du droit de grève, étant reconnu par la constitution gabonaise et les normes internationales du travail, Dynamique Unitaire s’insurge contre cette interpellation illégale arbitraire qui est en violation des conventions 87, 98, 135, 151 de l’OIT », s’est-il insurgé avant d’exiger « la relaxe immédiate et sans condition de Monsieur Atome Bibang Didier ». 

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt