Gabon: Dynamique unitaire dénonce des tortures sur ses membres arbitrairement arrêtés

Après la rafle de ses leaders cette semaine à Libreville, la Confédération syndicale Dynamique unitaire craint pour leurs vies. Dans un communiqué diffusé ce samedi 13 juillet 2019, DU dénonce les sévices corporels et moraux infligés à ses membres. La centrale affirme que la police judiciaire aurait violemment torturé l’un des quatre syndicalistes arrêtés, en l’occurrence Jean Bosco Boungoumou Boulanga qui se trouverait hospitalisé au Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL).


Depuis la déclaration de Jean Remy Yama, Dynamique unitaire est sur le pied de guerre. Et pour cause, 4 de ses membres ont été arrêtés arbitrairement le 10 juillet dernier sans mandat légal. Violemment torturés par leurs bourreaux, l’un d’entre eux serait dans un état grave et a été admis au Centre hospitalier et universitaire de Libreville (CHUL) dans la nuit du vendredi 12 juillet 2019.

Ainsi, Jean Bosco Boungoumou Boulanga, puisque c’est de lui qu’il s’agit, se serait évanoui à la suite des tortures lui ayant été infligées dans les locaux de la police judiciaire, lit-on dans le communiqué de Dynamique unitaire. Transporté à l’hôpital d’instruction des armées où il n’a pas pu être traité à cause d’une coupure de courant, il sera ensuite conduit au CHUL pour hospitalisation. Selon DU, les examens médicaux révèleraient des fractures au tibia gauche et à la hanche.

La Confédération syndicale dénonce également la violation des droits de ses membres qui ont interdiction de recevoir des visites comme l’exige la loi. Pis, même Jean Bosco Boungoumou Boulanga n’aurait pas reçu de visite malgré son état de santé inquiétant. D’ailleurs, précise le communiqué, même l’avocat de ces derniers n’a pas pu échanger avec eux.

Laissez votre commentaire