Gabon: Deux militaires aux arrêts pour trafic de chanvre à Koulamoutou

© D.R

Serge Okoumba et Loïc Ngoulakia, tous deux militaires en poste dans la cinquième région militaire du Chef-lieu de la province de l’Ogooué-Lolo ont été mis aux arrêts par leurs frères d’arme de l’antenne provinciale de l’Office central de lutte antidrogue (Oclad). Et pour cause, les deux militaires seraient à l’origine d’un réseau de vente de chanvre indien dans la province en complicité avec deux jeunes lycéens.

GABON LIBREVILLE

Fin de parcours pour les barons du réseau de trafic de stupéfiants à effet hallucinogène dans la capitale provinciale de l’Ogooué Lolo. En effet, alors que depuis quelques semaines les agents de l’Oclad investiguaient à rythme effréné sur les marchands de chanvre, une source bien informée leur a permis de mettre la main sur l’un d’eux. Il s’agit de Serge Okoumba cueilli à son domicile sis à Konadembe. Ce dernier ne tardera à mener les limiers chez son complice militaire Loïc Ngoulakia.

Lors de la descente des limiers au domicile du premier cité, une quantité importante de stupéfiants a été découverte. Autant dire que les deux hommes des Forces armées gabonaises (AFG) en sont addicts. « En procédant à une fouille minutieuse de la chambre à coucher de sieur Serge Okoumba, nous avons découvert quatre bottes de chanvre indien dans un petit sac dissimulé dans le réservoir de la cuve du WC», a confié un enquêteur proche des services du B2 à notre confrère le quotidien L’Union.

Par ailleurs , deux lycéens à savoir Pryverlin Tsindi Tsindi et Alverne Digombe Ipandi ont tour à tour été pris dans la nasse pour le même délit. Les quatre mis en cause ont été présentés devant le Procureur près le tribunal première instance de Koula-Moutou où après audition le juge d’instruction les a placés en détention préventive à la Prison centrale de la localité. Les hors la loi y attendent d’être fixés sur leur sort, eux qui peuvent conformément à l’article 208 du code pénal être lourdement sanctionnés.

Laissez votre commentaire