Gabon : deux familles se disputent une dépouille à Mouila

Gabon Gabonmediatime Mouila Ngounié Gabon
La capitale provinciale de la Ngounié, Mouila © D.R

C’est à une véritable scène rocambolesque qu’ont assisté médusées les populations de la commune de Mouila dans la province de la Ngounié en ce début de mois de décembre. En effet, dans sa parution de ce mercredi 18 décembre 2019, le quotidien L’Union relate le scandal autour de la dépouille de la dénommée Line Esther Bignagni, où deux veillées mortuaires ont été organisées, en son hommage, dans deux endroits différents du fait des mésententes entre sa famille d’origine et sa belle-famille. 


Les obsèques de cette compatriote n’auront pas été un fleuve tranquille après la tenue pour le moins inédite de deux cérémonies mortuaires à deux endroits différents. Selon le récit d’une source familiale citée par notre confrère l’épicentre les désaccords résident dans le fait que la défunte Line Esther Bignagni Moussodou est morte mystérieusement le 18 octobre de cette année, et ce, au domicile de son partenaire de vie. 

La même source aurait rapporté que le concubin Landry Kondzi aurait orienté la jeune femme vers des tradipraticiens plutôt qu’à l’hôpital alors qu’elle était souffrante. Une décision qui selon la famille serait à l’origine du décès de leur parente. Il n’en fallait pas moins pour causer l’ire de la famille de la défunte lors de la programmation des funérailles. En réaction, elle a entrepris de s’occuper de sa regrettée fille sans que le concubin n’en soit informé. Par conséquent, ce n’est que le jour de la sortie du corps  des pompes funèbres que Landry Kondzi et sa famille ont eu connaissance du programme  des obsèques. 

Un affront qui conduira à ce que deux veillées soient organisées. À savoir, une chez les parents de Feue Line Esther et une autre, chez les parents de son concubin qui se sont contentés d’une photographie exposée dans la demeure en guise d’hommage. Il faut souligner que cette pratique est loin d’être méconnue dans la société gabonaise. Il n’est pas rare par exemple de voir des oncles d’une défunte imposer l’achat de la dépouille, au cas où les fiançailles n’avaient pas abouti à un mariage légal ou coutumier.

Laissez votre commentaire