lundi,20 septembre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: des trafiquants de peaux de panthère aux arrêts à Oyem

Gabon: des trafiquants de peaux de panthère aux arrêts à Oyem

Ecouter cet article

Le vendredi 12 février 2021, dans la ville d’Oyem trois hommes de nationalité gabonaise, ont été appréhendés en flagrant délit de détention et de tentative de vente de trois peaux de panthères. Cette arrestation a été rendue possible grâce au travail coordonné des agents de la Police Judiciaire, de ceux des Eaux et Forêts en poste dans cette localité et de l’ONG Conservation justice.

La lutte contre le trafic d’espèces intégralement protégées est une priorité pour l’Etat car intégrant les 17 objectifs de développement durable mis en place par la cellule des Nations Unies au Gabon. Dans cette optique, trois individus en l’occurrence Prospère Obame Nguema, Michel Ondo et Jovani Engone, tous de nationalité gabonaise ont été arrêtés vendredi dernier, en possession de trois peaux de panthère qu’ils tentaient de vendre dans la ville d’Oyem, au nord du Gabon. 

Des arrestations  rendues possibles grâce au dynamisme des agents de la Police Judiciaire en poste dans cette localité. L’opération était appuyée par des membres de Conservation Justice, qui travaillent en étroite collaboration avec les Eaux et Forêts. En effet, les trafiquants s’étaient donné rendez-vous dans un lieu public de ladite ville afin de conclure le “deal”. 

Informée de cette transaction portant sur une vente de produits d’une espèce de faune sauvage intégralement protégée,  une équipe des gardiens de la paix s’est rapidement constituée pour investir le lieu indiqué. « Quelques minutes plus tard, trois individus sont arrivés sur place portant chacun un sac de voyage. Correspondant aux indications reçues, les trois suspects ont été appréhendés », a déclaré un agent de Conservation Justice.

La densité des panthères dans un écosystème permet de voir si celui-ci se porte bien. Moins il y a de panthères, plus les chances que l’écosystème soit en mauvaise posture sont grandes.  « Même si la panthère ne représente pas une proie pour l’Homme, elle est pour les braconniers une cible de choix de par l’attrait de sa fourrure », a confié un agent des Eaux et Forêts. 

Conduits au poste de police, les trois hommes ont reconnu les faits reprochés. Ils sont actuellement en garde à vue en attendant la suite de la procédure. Une fois l’enquête préliminaire finie, les deux mis en cause seront présentés devant le Procureur de la République.

Laissez votre commentaire

Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales
Enami Shop