vendredi,10 juillet 2020
Accueil Derniers articles Gabon: des traces de présence humaine estimées à 600 000 ans environ...

Gabon: des traces de présence humaine estimées à 600 000 ans environ découvertes à La Lopé

Des recherches menées sur des pierres taillées retrouvées sur le gisement d’Elarmekora, dans la Lopé Okanda, au Gabon, par l’archéologue français Richard Oslisly, ont permis de révéler les plus anciennes preuves de présence de l’homme dans le Bassin du Congo. Des résultats préliminaires qui ont estimé à 600 000 ans environ l’arrivée des premiers hommes à avoir foulé le sol de l’Afrique centrale. 

Global Media Time Gifpx

Alors qu’il est indiqué qu’en Afrique, les plus anciennes preuves d’occupation humaine se trouvent surtout à l’Est, au Sud et dans le Nord du continent, pouvant dater de « plus de 2 millions d’années », de nouvelles avancées de recherches archéologiques sur le site d’Elarmékora, situé sur la rive sud du fleuve Ogooué dans l’ensemble historique Epona de la Lopé Okanda dans le centre du Gabon, pourraient modifier ces données. 

Selon Richard Oslisly, archéologue français installé au Gabon depuis près de 40 ans, dans un reportage en collaboration avec l’Agence nationale des parcs nationaux (Anpn), plusieurs scientifiques ont longtemps estimé à 70 000 ans seulement les premières implantations de l’Homme dans la forêt du Bassin du Congo. Mais les premiers résultats de ces recherches viennent démontrer que les premières traces humaines dans ce bassin forestier sont bien anciennes et peuvent dater jusqu’à 600 000 ans avant l’époque actuelle.  

En effet, les recherches de datation du site d’Elarmakora se poursuivent. Si les premières données qui ne sont encore qu’une hypothèse se confirment, ce site deviendra le plus vieux d’Afrique et pourrait constituer une nouvelle histoire des origines du peuple gabonais et de son patrimoine peu connu. 

« Le patrimoine gabonais est assez mal connu. Aujourd’hui quand nous faisons la valorisation des ensembles historiques, c’est pour apprendre au peuple gabonais qu’il a une histoire, une histoire propre à lui. Alors à partir de ce jour nous allons réhausser cette valeur culturelle à partir de ces données, lesquelles vont enrichir le monde scientifique et faire connaître que dans  la Lopé Okanda en dehors de sa biodiversité qui est très riche, il y a une histoire culturelle qui ne concerne pas seulement les communautés vivant autour de la Lopé mais également celles vivant partout au Gabon et ailleurs. La Lopé qui est au centre du Gabon deviendra également au centre de l’Afrique forestière », a indiqué Prosper-Prost Ntoutoume Mba, archéologue et conservateur adjoint au Parc national de la Lopé.

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Agasa Pub Pavé Portrait Agence Gabonaise de Sécurité Alimentaire
Street 103 Gabon Gmt