Gabon: des responsables du lycée Sainte-Marie au «gnouf» pour détournement de fonds

Collège et Lycée Sainte Marie de Libreville © D.R

Le proviseur et l’intendante du Lycée Sainte-Marie de Libreville seraient en garde à vue à la direction générale des recherches (DGR) de la gendarmerie nationale, pour des prétendus détournements des frais de scolarité des élèves orientés par le gouvernement dans l’établissement pour le compte de l’année académique 2018-2019, rapporte notre confrère Pyramide Media Gabon. La coquette somme détournée s’élèverait à près de 86 millions de Fcfa.

GABON LIBREVILLE

C’est ce jeudi 20 juin 2019 que les deux responsables de cet établissement confessionnel auraient été pris dans les mailles des limiers. Il leur serait reproché le non-remboursement des frais de scolarité des élèves orientés par le gouvernement au sein dudit établissement. La somme détournée qui avoisinerait les 86 millions de nos francs, aurait déjà été versée dans les comptes du lycée par le trésor public.

Selon notre confrère, les personnes interpellées au Lycée Sainte-Marie de Libreville par les officiers de police judiciaire sont le proviseur, Joseph Massala, le censeur pédagogique, Joseph Aimé Ovono Edzang,  le censeur de vie scolaire, Aimé Mapangou, le secrétaire administratif, Caroline Bougouendji et l’intendante, Jeanne d’Arc Bignagny.

Sur ces cinq personnes interpellées, seuls le proviseur Joseph Massala et  l’intendante, Jeanne d’Arc Bignagny ont été gardés à vue, « pour n’avoir pas procédé jusqu’à ce jour au  remboursement des frais de scolarité 2018-2019,  destinés aux élèves inscrits officiellement et qui s’élèveraient à près de 86 millions de francs CFA, au motif que le remboursement s’effectuera à la rentrée scolaire 2019-2020 », précise notre confrère.  

Une justification qui n’a pas trouvé l’assentiment des agents, surtout que dans les autres établissements d’enseignement catholique, notamment Bessieux, Quaben, Immaculée Conception et Calasanz, les remboursements des frais de scolarité se seraient effectués depuis mi-mai 2019. Si la destination de cette somme mirobolante n’est pas précisée par les deux responsables gardés à vue, ils pourraient être déférés au parquet dans les prochaines heures, poursuit Pyramide Media Gabon

Laissez votre commentaire