mercredi,23 septembre 2020
Accueil Derniers articles Gabon : des leaders de la société civile entendus à la DGR...

Gabon : des leaders de la société civile entendus à la DGR sur la plainte contre Noureddin Bongo

Après les plaintes introduites par quatre organisations de la société civile pour des faits de détournement de fonds publics et corruption, le coordinateur des Affaires présidentielles Noureddin Bongo Valentin, qui a son tour a répliqué  par l’assignation en justice de ces dernières, cette affaire vient de connaître un nouvel épisode. En effet, les membres de la Société civile libre auraient été entendus ce lundi à la Direction générale des recherches (DGR) selon l’hebdomadaire La Loupe de ce mardi 28 janvier 2020. 

Cette audition intervient peu de temps après l’annonce par l’avocat du coordinateur des Affaires présidentielles Noureddin Bongo Valentin du dépôt d’une plainte contre Jean Rémy Yama, Ghislain Malanda, Georges Mpaga et Marcel Libama pour  « dénonciation calomnieuse ».  Ainsi, tout au long de la journée, ces leaders de la société civile ont été auditionnés par les officiers de police judiciaire. Il faut souligner que ces derniers soupçonnent le fils d’Ali Bongo Ondimba de corruption, détournements de deniers publics et blanchiment de capitaux/  

Selon, le porte-parole de circonstance de ce collectif Jean Rémy Yama les auditions ont permis de revenir sur les événements de Rio et la situation du Complexe Mayena propriété de Noureddin Bongo  Ondimba. « Nous avons demandé aux enquêteurs de mener des investigations, pour savoir par quel mécanisme Noureddin  Bongo Valentin aurait pu acquérir ce bâtiment », a-t-il souligné. Dans le même ordre d’idées, Jean Rémy Yama a indiqué qu’il était aussi question d’aborder l’affaire du Nomad dont il serait le propriétaire et qui aurait été construit  avec le financement de l’Etat. 

« Nous avons abordé l’affaire  Transbus dans laquelle Noureddin Bongo Valentin serait le principal actionnaire. Cette société a fait l’acquisition de 300 bus,  qui seraient, à la vérité, un don de l’Etat chinois à celui du Gabon », a révélé Jean Rémy Yama. Autant d’entreprises qui seraient, d’après la Société civile, des sociétés écran qui serviraient à des opérations de blanchiment d’argent. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt