mercredi,28 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon: des experts du FMI évaluent les exonérations fiscales accordées aux entreprises...

Gabon: des experts du FMI évaluent les exonérations fiscales accordées aux entreprises de la zone de Nkok

Ce lundi 22 juillet une délégation du Fonds monétaire international (FMI) conduite par Marcos Poplawski-Ribeiro, s’est rendue du côté de la Zone Économique à Régime spécial de Nkok afin d’en évaluer les contours fiscaux. Ainsi, au sortir de ces échanges, il ressort que pour le FMI, ces exonérations fiscales accordées aux entreprises installées dans cette zone franche, n’ont jusque là pas apporté les résultats escomptés en termes d’investissements. 

C’est ce qui ressort de la récente visite d’une délégation du Fonds Monétaire International (FMI) à la Zone Économique à Régime Spécial (ZES) de Nkok. Conduite par Marcos Poplawski-Ribeiro Représentant résident du Fonds au Gabon, cette délégation qui comptait également un expert du Centre d’études et de recherches sur le développement international (Cerdi), en a profité pour évaluer les exonérations fiscales accordées aux entreprises installées dans cette zone franche. 

En effet, générées par la renonciation délibérée par l’État de certaines recettes fiscales en vue d’encourager l’investissement dans différents secteurs, ces dépenses fiscales accordées aux entreprises dans le pays se sont élevées à 156,59 milliards de Fcfa entre 2106 et 2017. Suivant cette tendance, il ressort donc que les investissements escomptés du fait des gains fiscaux concédés aux entreprises, peinent à être réalisés malgré quelques faits marquants. 

Répartis entre exonérations et réductions de taux de TVA applicables à certains produits, abattements et exonérations administratives à formalité préalable selon la direction générale des douanes et droits indirects, ces dépenses fiscales concédées sont donc « inefficaces » pour l’institution de Bretton Woods. 

Néanmoins, malgré la faiblesse du ratio dépenses fiscales/investissements consentis, la Zes de Nkok a aujourd’hui permis de créer quelques milliers d’emplois directs et indirects et d’attirer quelques dizaines d’investisseurs, en plus d’être devenue l’une des 500 plus grosses entreprises du continent. À charge donc à l’État de réévaluer les mécanismes fiscaux et parafiscaux devant permettre de booster l’investissement.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion