dimanche,29 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon: des changements en vue au sommet de l’Etat ?

Gabon: des changements en vue au sommet de l’Etat ?

Dans les salons feutrés de la présidence de la République, selon plusieurs indiscrétions, certains changements dans l’appareil étatique seraient en cours de finalisation. Entre ambitions personnelles, bilan négatif des uns, passif des autres, Ali Bongo Ondimba aurait décidé de mettre le pied à l’étrier pour réajuster l’équipe investie de la mission de traduire en acte sa vision du Gabon. C’est du moins ce que nous révèle l’hebdomadaire La Loupe dans la parution de me mercredi 04 novembre 2020 n°480. 

Cette actualité n’aura échappé à personne. Hier soir et encore cette matinée, elle constitue l’information la plus commentée tant dans l’administration que sur les réseaux sociaux. Il est bien évidemment question ici de la visite inopinée du président de la République Ali Bongo Ondimba dans plusieurs artères de la capitale avec un choix particulier porté sur les routes dont l’état piteux n’a pas laissé indifférent le numéro un gabonais

Cette visite imprévue ferait partie selon certaines indiscrétions des missions de suivi-évaluation du numéro un gabonais. Tout naturellement, le premier en danger après cette première évaluation n’est tout autre que le ministre des Transports, de l’Equipement, des Infrastructures et des Habitats, Léon Armel Bounda Balonzi. Dans l’équipe gouvernementale, Rose Christiane Ossouka Raponda qui serait pressentie un temps au Sénat devrait en dépit de son incompétence démontrée, conserver le fauteuil de la primature, n’en déplaise aux velléités et à « l’obsession visible de son ministre de la Santé, Guy Patrick Obiang Ndong pour la Primature », a-t-on pu lire. 

Pour l’hebdomadaire très au fait des informations émanant du Palais, certains cadres du gouvernement actuel seraient en passe de faire l’objet de poursuites judiciaires. La Loupe écrit ainsi que « certains ministres risquent de passer à la trappe. Notamment Alain-Claude Bilie-By-Nze (Energie), Mathias Otounga Ossibadjouo (Décentralisation), Lambert-Noël Matha (Intérieur)… et surtout Jean-Marie Ogandaga (Economie) et Pascal Houangni Ambouroue (Tourisme) que la clameur populaire envoie à Sans-Famille ».  

Si pour certains, le mystère sur cette possibilité subsiste, pour ce qui est de Pascal Houangni Ambouroue ou encore Jean-Marie Ogandaga, rien ne surprend. Leurs noms reviennent assez sous dans des soupçons de détournement de fonds. Dans le même temps, l’éviction de ces membres du gouvernement ouvrirait la porte à de nouveaux visages. « Ali Bongo Ondimba envisagerait d’intégrer quelques nouvelles figures au gouvernement. C’est le cas de François Auguste Akomezogho (Economie) ou Serge Maurice Mabiala (Intérieur) », précise en outre l’hebdomadaire.  Le dernier cité aurait selon certains bruits de couloirs émanant du siège du Rassemblement pour le Gabon (RPM) ne serait plus en odeur de sainteté avec le président du parti. 

Au cabinet de la présidence de la République, « le fantomatique » selon certains observateurs de la vie politique Théophile Ogandaga serait lui aussi « en instance de départ » a-t-on pu lire dans les collines du très introduit journal d’investissement qui scrute à la loupe les faits sociopolitiques et économiques du Gabon. « L’actuel directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba, complètement largué par le fils Oceni, son adjoint, serait remplacé par Ernest Mpouho Epigat », indique l’hebdomadaire.

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion