mercredi,20 octobre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: des centaines de familles menacées d’expulsion par Titane S.A à Malibé

Gabon: des centaines de familles menacées d’expulsion par Titane S.A à Malibé

Ecouter cet article

Depuis plusieurs années, c’est l’incertitude qui règne chez les habitants du quartier Iyalala à Malibé 2 dans la commune d’Akanda. Et pour cause, depuis 2014, un litige foncier oppose ces derniers à la société Titane S.A qui, selon l’hebdomadaire La Loupe dans sa parution n° 511 du mercredi 07 juillet 2021, aurait obtenu curieusement un titre foncier qui couvre l’ensemble de leur propriété avec comme corollaire leur possible expropriation. 

C’est au cours d’un point de presse le lundi 05 juillet 2021 que le collectif des habitants de cette partie de la commune d’Akanda a tenu à s’insurger contre ces manœuvres visant à leur jeter hors de leur propriété. En effet, alors qu’un jugement du tribunal administratif dans son répertoire n°492019/2020 du 11 septembre 2020 indiquait que l’entreprise ne disposait d’aucun dossier pour obtenir un titre foncier, cette dernière aurait brandi aux habitants un titre obtenu en février 2021. 

Une situation pour le moins curieuse, puisque selon le président du collectif Thomas Essingone, ledit titre foncier n°25 904 « couvre une superficie de près de 200 hectares dans la zone d’Akanda ». Toute chose qui par ricochet fait de Titane S.A le propriétaire de leur parcelle alors que ces derniers y vivent depuis plusieurs années. Pis, l’administrateur général de la société Mehdi Hamel aurait assuré que ce titre foncier lui aurait été délivré par l’Agence nationale de l’urbanisme, des travaux topographiques et du cadastre (ANUTTC), la Conservation foncière et le tribunal. 

Dans l’optique d’y voir clair, les habitants auraient d’ailleurs saisi par correspondance le directeur général de l’ANUTTC qui jusqu’à présent serait resté muet comme une carpe cautionnant de ce fait le projet de deguerpissement de centaine de famille gabonaise ourdi par Titane S.A. Une situation qui dès lors devrait interpeller les plus hautes autorités en tête desquelles le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba qui a pourtant fait de l’accès à la propriété l’une de ses priorités depuis son premier septennat.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop