Gabon: Des cadres du PDG disent non aux nouveaux critères d’attribution des bourses

Chadi Moukarim et Mathias Otounga Ossibadjouo © Montage GMT/D.R

Le débat sur les nouvelles modalités d’attribution des bourses d’études prises en conseil des ministres du 29 mars dernier n’a pas fini de susciter des réactions parfois très inattendues. C’est le cas de certains cadres et militants du Parti démocratique gabonais (PDG) qui ont clairement affiché leur refus de soutenir cette mesure que de nombreux citoyens jugent inappropriée et ne tenant pas compte des réalités exécrables du système éducatif gabonais.



La décision visant à réformer les critères d’attribution des bourses a du mal à passer au sein des acteurs du secteur de l’éducation. Outre les récentes marches de protestation menées par les élèves des lycées et collèges sur l’ensemble du territoire, de nombreux acteurs politiques n’ont pas manqué de dénoncer cette mesure. Chose étonnante certaines personnalités du “parti de masse” ont également pris fait et cause pour les revendications portées par les lycéens depuis ce lundi.

L’une des premières salves de contestation de cette mesure au sein du parti au pouvoir est venu de l’actuel maire du 5ème arrondissement de Libreville Chadi Moukarim qui dans une publication sur son compte a dit son refus de voir le gouvernement appliquer cette réforme. « Touchez pas à la bourse des étudiants ! Touchez pas à la jeunesse gabonaise », pouvait-on lire sur son message.

Autre  personnalité ayant refusé de cautionner la décision du gouvernement, l’ancien proviseur de Lycée technique Omar Bongo Janvier Nguema Mboumba il a relevé que « toutes décisions qui concernent le monde de l’éducation doivent avoir le consentement des syndicats, des parents d’élèves et des hauts responsables de l’éducation nationale. Cette décision impopulaire et inique peut-être revue et corrigée ».

Au delà de ces prises de position qui sont partagées par de nombreux militants du parti majoritaire au gouvernement, l’une des plus emblématiques est celle de l’ancien ministre de la Défense nationale, ancien membre du comité permanent et membre du Bureau politique Mathias Otounga Ossibadjouo. Dans une publication largement relayée sur les réseaux sociaux, a estimé qu’il était nécessaire de mettre en place des préalables avant de prendre ce type de mesure.

« Ancien ministre de la Défense, j’atteste que le Prythanee Militaire est une structure scolaire de référence. C’est la preuve que, lorsque l’on met des moyens financiers et académiques en amont, on peut exiger et attendre l’excellence en aval. Est ce le cas dans les structures scolaires publiques? J’en doute. Mettons d’abord les moyens pour réformer le système éducatif, avant d’exiger l’impossible aux pauvres enfants », a-t-il indiqué.

Toutefois ces prises de position n’ont pas été du goût des instances dirigeantes du Parti démocratique gabonais qui depuis ce jeudi 11 avril auraient entreprit de convoquer les militants ayant affirmé être opposé a la réforme sur l’attribution des bourses.

Laissez votre commentaire