vendredi,30 octobre 2020
Accueil Derniers articles Gabon : des agents de la mairie violentent des individus et se...

Gabon : des agents de la mairie violentent des individus et se substituent aux forces de l’ordre

Dans une vidéo devenue virale  sur les réseaux sociaux, on peut aisément distinguer des agents de la mairie de Libreville au prise semble-t-il avec   un compatriote qu’ils agressent, le soulevant puis le jetant de force tel un gibier à l’arrière d’un camion. Un acte répréhensible et condamnable surtout quand de simples civiles se permettent d’agir comme des forces de l’ordre. 

Les hommes de l’Hôtel de ville, mairie centrale dirigée actuellement par Léandre Zué sont réputés pour leur violence. Il y a quelques mois, leur descente dans certains marchés de fortune, et les méthodes employées pour les assainir  avaient suscité l’indignation auprès de l’opinion après des images publiées sur les réseaux sociaux. Plusieurs marchandises des  commerçants   officiant à l’échangeur d’Awendjé avaient été purement et simplement détruites, au grand dam de leurs propriétaires dont l’affliction et le désarroi sur chaque image  publiée, pouvaient se lire

Aujourd’hui ces mêmes équipes de la mairie, dont les plaintes et les commentaires négatifs contre elles se multiplient auprès des riverains, s’en sont données à leur exercice favori, la violence systématique. S’ils ont la possibilité de contrôler, qui leur donne le droit de recourir à la force et à la violence avec autant de frénésie ?  

Sont-ils des officiers de police judiciaire, pour décider d’interpeller manu militari, un individu quel qu’il soit et peut importe les griefs à son encontre ? Pourquoi en cas de conflit, ces derniers ne demandent-ils pas l’appui des forces de l’ordre habilitées pour ce type d’intervention ? Les hommes de Léandre Nzue sont-ils des hors des lois ? 

A la dernière question, les riverains  répondent par l’affirmative, car victimes chaque jours des écarts de conduite de ces agents de la mairie. « Ce sont des jeunes délinquants du quartier recruté ça et là, qui passent leur temps, même la nuit tombée, à extorquer des fonds aux commerçants étrangers et autres usagers en utilisant souvent la violence verbale et même physique » nous rapporte Brice, un habitant du Pk12 dans le 5e arrondissement de Libreville. Quartier au sein duquel, ces équipes opèrent assez fréquemment. 

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion