Gabon: découverte d’une secte pour élèves et étudiants à Oyem

Quelques membres de la secte et leur "reine mère" © Montage GMT

Les habitants du chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, Oyem, ont découvert ce début de mois mars, avec stupeur et émoi, l’existence du secte aux relents satanistes qui regorgerait en son sein, élèves et des étudiants. Celle-ci promettrait à ses adeptes, en échanges de prélèvements sanguins, bonheur et opulence.

Voilà deux ans qu’elle opérait en toute impunité dans la ville d’Oyem. Située derrière la direction provinciale des Travaux publics, la secte dirigée par une quadragénaire, dame Mekui M’Obiang, surnommée la reine mère Raelienne, avait pour but de recueillir du sang humain destiné au grand architect de l’univers. C’est par un procédé de ruse des moins orthodoxes qu’elle recrutait ses membres, chaque vendredi et samedi, pour la plupart élèves ou étudiants.

L’agent(s) chargé du recrutement, allait voir des jeunes les invitants à une prétendue fête d’anniversaire. Ce n’est qu’une fois sur place, que les amphitryons étaient mis face au fait accompli. Le lieu assez ubuesque, fait de bougies, de fils rouge et d’hexagramme avec signe nazi plantait le décor pour accueillir Martin Ella Ella, alias esprit, âgé de 23 ans et élève en classe de 2nd dans un lycée de la place.



Ce dernier, gourou de la secte, déguisé en femme, vêtue d’une soutane blanche, avait pour but de prélever le sang des invités. Avec l’aide de ses acolytes, il procédait à des entailles sur le sexe des garçons et le clitori des filles. Tout ceci, sous les sages conseils de la reine-mère qui leur promet la réussite, la richesse et l’attribution des cartes bancaires avec code pour recevoir des sommes importantes d’argent.

Coup du sort, le 24 février dernier au cours d’une énième cérémonie, la secte tombera sur un récalcitrant qui leur donnera du fil à retordre. A l’issue d’un échauffouré, qui tournera en la faveur de la victime par son évasion, l’antenne provinciale de la contre ingérence de la sécurité militaire B2, sera alertée.

C’est donc suite à une infiltration des agents du B2, vendredi 2 mars, que dame Mekui M’Obiang et compagnie seront interpellés puis conduit au poste sous bonne escorte. De l’audition, il en ressort notamment que quelques jeunes tentés par une vie facile, se sont laissé manoeuvrer pendant de longs mois, brabant ainsi le précieu liquide qui coule dans leurs veines à des fins mystico-maléfiques.

Laissez votre commentaire