Gabon: décès de Hermann Tsinga, a qui la faute?

Le joueur d'Akanda FC effondré sur la pelouse du stade de l'INJS © D.R

Le monde du football gabonais s’est réveillé dans la torpeur ce dimanche 3 mars. Après le drame survenu samedi dernier avec le décès du jeune milieu de terrain d’Akanda FC Hermann « Zigaucho » Tsinga. Décès pour lequel de nombreuses questions demeurent. Entre négligence, incapacité du corps médical à réagir dans les temps et insécurité sur et en dehors du terrain, les explications de la Linafp sont très attendues.



Le football gabonais a été touché par un drame samedi 2 mars dernier. Alors que l’équipe d’Akanda FC affrontait Missile FC à l’INJS pour le compte de la deuxième journée du Gabon Oil National Foot, un joueur de l’équipe Akandaise a été victime d’un malaise qui lui a été fatal. Si la stupeur règne et les interrogations demeurent, les images de vidéos amateurs filmées par les supporters soulignent la négligence des officiels.

En effet, dans une courte vidéo relayée via les réseaux sociaux, on y voit d’un côté le joueur étalé sur la pelouse de l’INJS, de l’autre un véhicule « médicalisé » stationné et des officiels en train de discuter pendant plusieurs minutes. Ces minutes « d’innactivité » seront finalement fatales au jeune Hermann « Zigaucho » Tsinga.

Si le ministre des Sports Alain Claude Bilie By Nze s’est fendu d’un communiqué sur son compte officiel, les conditions du décès du jeune milieu de terrain interrogent sur l’efficacité et la sécurité sur et en dehors du terrain. En attendant les explications de la Ligue nationale de football (Linafp), c’est dans la stupeur et une très grande tristesse que le monde du football (gabonais) se réveille ce dimanche.

A noter que ce même samedi, un autre joueur, cette fois du FC 105, s’est écroulé dans le vestiaire victime d’un malaise. Transporté d’urgence, ce dernier s’en est sorti de justesse et serait tiré d’affaire. Ces cas de malaises à répétition devraient légitimement être traités avec beaucoup d’attention par les autorités, au risque de soulever une plus grande vague de suspicions.

Laissez votre commentaire