dimanche,27 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: curieux silence du procureur après la multiplication des crimes à Libreville

Gabon: curieux silence du procureur après la multiplication des crimes à Libreville

La série de meurtres, agressions à l’arme blanche, vols à main armée pour ne citer que ceuxlà devenus monnaie courante dans la capitale auraient donné lieu, sous d’autres cieux, à la sortie du Procureur de la République afin de rassurer les populations sur sa volonté de faire la lumière sur lesdits crimes mais surtout sur la détermination à combattre avec la plus grande fermeté, le grand banditisme qui endeuille des familles. Une obligation méconnue par Patrick André Ropona qui ne semble pas cerner la l’importance d’une telle démarche et qui renvoie l’image d’un homme incapable de réguler cette criminalité qui fait corps avec l’impunité au Gabon. 

L’opinion garde toujours à l’esprit cette vidéo de plusieurs jeunes, des adolescents en particulier qui en toute liberté ont subtilisé le la sac d’une dame dans un taxi avant de se retirer sur le bas côté, sans crainte quiconque et profiter du fruit de leurs larcins. Quelques jours plus tard, ce sont des vidéos tout aussi virales mettant en scène un individu dans un véhicule attaqué par plusieurs jeunes armés de couteaux, lesquels vont même se lancer à sa poursuite auxquelles les gabonais ont eu droit

Pas plus tard que le dimanche 19 juillet dernier, un jeune Gabonais âgé de 20 ans à peine a été violemment poignardé par 3 de ses amis au quartier à Alibandeng. Il rendra finalement l’âme au sein d’une unité sanitaire après avoir subi une intervention chirurgicale d’urgence. Ces seuls exemples  parmi les plus récents montrent de façon flagrante l’absence d’une politique judiciaire claire et adaptée aux maux de la Capitale et partant de certaines autres grandes ville du pays.  

Le procureur de la République est le magistrat du ministère public chargé de l’action publique dans le ressort d’un tribunal judiciaire. Ce dernier est investi de la mission de défendre les intérêts de la société et de veiller au respect de l’ordre public. « L’action publique a pour objet la répression de l’atteinte portée à la loi pénale. Elle est mise en mouvement par le Ministère Public, tout agent public habilité, ou par toute personne physique ou morale lésée, dans les conditions fixées par les textes en vigueur » nous rappelle l’article 6 du Code de Procédure pénale. 

André Patrick Ropona semble n’avoir pas pris conscience de l’essence de ses missions pire, s’il en a conscience, cela n’est certainement effectif que théoriquement car, dans la pratique, le successeur d’Olivier Nzaou est atonique, oiseux, inopérant et inefficace. Tout se passe comme si sa seule mission, celle pour laquelle il avait été nommé, se résume à la seule, éphémère et spectaculaire opération Scorpion. 

Une Opération qui donne l’impression d’avoir été montée que dans un seul but, mettre sous l’éteignoire Brice Laccruche Alihanga et ses Bla-Boys et qui une fois, l’objet atteint a été rangée dans les tiroires poussiéreux du parquet de Libreville et du ministère de la Justice. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt