Gabon: coup de gueule d’Hervé Omva sur la mise en place du comité de pilotage du projet Graine

Hervé Omva Ovono, coordonnateur de programmes de l'ONG IDRC Africa © D.R

Le développement de l’agriculture était l’un des points abordés lors du Conseil des ministres qui s’est tenu ce mardi 26 février 2019 et a eu comme décision majeure la création Comité de pilotage du programme Graine. Une mesure qui n’a pas manqué de susciter des réactions chez certains acteurs du secteur notamment le coordonnateur de programmes de l’ONG IDRC Africa Hervé Omva Ovono qui a fustigé non seulement le manque de bilan de ce projet phare du chef de l’Etat mais aussi le manque d’action concrète en faveur du développement de l’agriculture.

En effet, lors de cette séance présidée par le président Ali Bongo Ondimba, le Conseil a entériné la création du Comité de Pilotage du Programme Graine, qui sera désormais en charge de l’orientation et la facilitation de la mise en œuvre de ce projet. Une position que semble ne pas partager le coordonnateur de programmes de  l’ONG IDRC Africa qui a indiqué ne pas croire « au développement de notre agriculture si au tour de la table il n’y a que les fonctionnaires ».

Il tient pour preuve la composition de ce comité qui sera composé entre autres d’un représentant de la Présidence de la République qui sera à la tête; des représentants des ministères de l’Agriculture; de l’Economie ; du Coordonnateur général du Programme Graine et de représentants de plusieurs autres ministères. Il a fustigé de ce fait la « lourdeur » qu’aura ce comité puisque essentiellement composé de fonctionnaires sans expérience de terrain.

« Pour faire de l’agriculture dans notre pays aujourd’hui nous n’avons pas besoin de tous ces actes et je suis désolé pour eux, les questions agricoles relèvent des histoires impossibles en un mot ils ont une lecture archaïque de lagriculture donc ne pourrons rien apporté de constructif et de se sont les dirigeants des ces administrations qui ont tle programme dans sa première phase », a-t-il martelé.

Il a relevé que « les techniciens de ces administrations n’ont aucune information de la réalité du secteur » et que l’heure n’était plus au prolongement de réunions qui n’avaient aucun impact sur le développement de ce pan de l’économie. Depuis le Salon de l’agriculture de Paris où il se trouve actuellement, Hervé Omva Ovono s’est interrogé sur l’absence de  les représentants du secteur agricole, vivriers et de l’élevages, qui eux pourraient être d’un apport indéniable pour dynamiser le programme.

Par ailleurs, il a invité le premier ministre Julien Nkoghe Bekale a être plus pragmatique en donnant « au ministère de l’Agriculture de l’Elevage, en charge du Programme Graine l’occasion de piloter et de conduire avec ces différents partenaires ce programme ». « Arrêté de vous intéresser au secteur juste à cause de l’argent prêté par la BAD », a-t-il martelé. Il a poursuivi en invitant le chef du gouvernement a associé les acteurs du secteur pour conduire ce projet qui nécessite d’être redéfini à plus de 80% par rapport à sa trajectoire actuelle.

Laissez votre commentaire