Gabon : coup de gueule de Nkoghe Bekale contre les médecins fonctionnaires exerçant en clinique

Gabon Gabonmediatime Julien Nkoghe Bekale
Julien Nkoghe Bekale Premier ministre chef du gouvernement lors de son adresse à la Haute administration Gabonaise © D.R.

La clôture de la Task force relative à l’amélioration des performances et de la gouvernance du système de santé et de protection sociale aura été l’occasion choisie pour le premier ministre Julien Nkoghe Bekale de fustiger l’attitude de certains médecins fonctionnaires qui délaissent leur poste préférant plutôt officier dans des cliniques privées. 


La prolifération des cliniques privées dans le pays est arrivée avec son lot de déviances. Entre des médecins fonctionnaires qui ne respectent plus les normes de déontologie et ceux qui, promoteurs eux-mêmes d’établissements sanitaires privés, obligent malicieusement des patients à se rendre au sein de leurs structures, les exemples de ces comportements dénoncés par le chef du gouvernement ne manquent pas.  

Lors de son intervention à la cérémonie de clôture de la Task force sur la Santé Julien Nkoghe Bekale s’est montré dur vis à vis des professionnels de ce secteur qui depuis des décennies est en état de coma avancé. Devant le ministre de la Santé, Max Limoukou, il a marqué son insatisfaction sur le rapport final de ces travaux, qui selon lui, n’a pas proposé des solutions adéquates aux problèmes du système sanitaire

Lire aussi : Gabon : Nkoghe Bekale reconnaît subtilement l’incompétence de Max Limoukou et ses agents 

Dans le même élan, il a fustigé le comportement irresponsable et mercantiliste de certains médecins fonctionnaires. « Nous avons des médecins à l’hôpital général qui sont des médecins fonctionnaires mais qui ne travaillent pas pour le serment d’Hippocrate qu’ils ont prononcé, ils sont dans leurs cliniques privées et ils sont payés à la fin du mois », a-t-il martelé. 

Julien Nkoghe Bekale a estimé que le manque d’efficacité des services hospitaliers résulte essentiellement est lié au fait que le personnel soignant ne veut pas travailler et que les médecins maximisent les heures d’intervention dans leurs structures sanitaires privées. C’est d’ailleurs pour pallier ce phénomène qu’il a annoncé l’intention du gouvernement de contractualiser les médecins et infirmiers qui travaillent dans ces hôpitaux.   « Celui qui ne veut pas, il part, il va travailler ailleurs, s’il est fonctionnaire on coupe son salaire, ça a assez duré. La récréation doit terminer dans le secteur de la santé », a-t-il lancé.

Laissez votre commentaire