Gabon: le Conseil des ministres entérine la suppression du FNAS

FNAS © D.R

Le Conseil des ministres de ce mardi 26 février aura eu raison de bien des organismes et d’institutions. Ainsi, après des mois d’incertitudes et de difficultés en tous genres, marqués par « une incapacité résiduelle de financer les activités génératrices de revenus », le Fonds national d’aide sociale (FNAS) a été supprimé.



Le Fonds national d’aide sociale (FNAS) n’aura finalement tenu que 7 ans. Créée en 2012, par le « décret 252 du 19 juin 2012 portant organisation du régime de mise en œuvre de l’aide sociale et de la protection de la famille », cette agence autonome qui avait pour vocation première de financer les activités génératrices de revenus, n’aura finalement pas eu l’impact annoncé. Sa suppression ce mardi 26 février par décision du Conseil des ministres n’est donc que la résultante de nombreuses difficultés.

Ainsi, les nombreuses difficultés recensées ces derniers mois, notamment les tensions de trésorerie que vit au quotidien le Fnas en plus des difficultés à assurer le financement des activités génératrices des revenus, n’auront donc pas favorisé la redynamisation de cet organe. Après la réduction de ces prérogatives décrétée par le conseil des ministres du 21 décembre 2018 et malgré la nomination d’une nouvelle équipe dirigeante, le Fnas est définitivement supprimé.

En revanche, si les premières années du Fnas laissaient entrevoir une certaine pérennité, la gestion mitigée des différentes équipes dirigeantes couplées à des réductions budgétaires, a eu raison de cet organe qui aurait pu soulager « les Gabonais économiquement faibles ».

Alors que sa mission principale visait à apporter de l’aide sous la forme de microcrédits ou d’aide en nature pour soutenir des activités génératrices de revenus (AGR), son échec remet en question la politique de la protection sociale au Gabon.

Laissez votre commentaire