jeudi,21 octobre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: Conasysed, Sena, Speat, Education nationale et risque de paralysie générale

Gabon: Conasysed, Sena, Speat, Education nationale et risque de paralysie générale

Ecouter cet article

Les enseignants gabonais réunis au sein de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed), le syndicat national de l’éducation nationale (Sena) et le Syndicat des professionnels de l’éducation actions pour tous (Speat) ont menacé de boycotter la rentrée scolaire 2021-2022. En effet, ces organisations syndicales estiment que pour une année scolaire apaisée le gouvernement se doit de répondre à leurs revendications pour des meilleures conditions de travail.

En réaction au mutisme observé par le gouvernement suite à la non-résolution de leurs revendications inscrites dans le cahier de charges et de la volonté de faire vacciner le corps enseignant, les membres de la Conasysed et du Sena comptent monter au créneau si aucune action concrète n’est menée pour la résolution des revendications inscrites dans leur cahier de charges. Ce qui pourrait empêcher la bonne marche de l’année scolaire 2021-2022. 

Réagissant à  cette actualité, Jean-Noé Ndinga, président du Speat a apporté son soutien aux autres syndicats du secteur de l’éducation. « Retrouvons-nous autour d’une table pour examiner ensemble les revendications prioritaires de notre corporation et faire entendre notre voix, celle de la responsabilité. Le Speat souhaite du gouvernement une concertation élargie avec les partenaires sociaux au sujet de la vaccination contre la covid-19, secteur par secteur  », a-t-il déclaré à nos confrères de L’Aube. Un énième mouvement qui, s’il est mis à exécution viendra perturber le secteur de l’éducation instable depuis plusieurs années.

Alors que le ministre de l’Education nationale Pr. Patrick Mouguiama Daouda avait annoncé en début d’année miser sur une année apaisée, les faits dépeignent une tout autre réalité. Pour rappel, le cahier de charges de la Conasysed comporte plusieurs points d’achoppement pour lesquels le ministre de l’Education nationale a décidé de jouer la carte du « sourd muet » vis-à-vis des doléances de ses partenaires sociaux. Une situation qui aurait causé une fracture au sein de ce secteur et dont les élèves seraient les principales victimes.

Laissez votre commentaire

Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales
Enami Shop