Gabon: les commerçants dénoncent la multitude de taxes  

Marché de Mont Bouet © D.R

La Confédération gabonaise des syndicats des commerçants s’est réunie en assemblée générale lundi 19 novembre dernier, à la Chambre de commerce de Libreville. Occasion pour le secrétaire exécutif de ce collectif, Abbas Nziengui Mabicka, de dénoncer l’excès de taxes auxquelles sont soumis les commerçants.

Intervenant dans le cadre de l’axe 4 du Plan de relance de l’économie (PRE) gabonaise marquant le passage du formel à l’informel, la rencontre était centrée sur le thème « Oui au commerce formel. Non à la parafiscalité ». Ainsi, les membres de la confédération syndicale ont notamment proposé des pistes de solutions afin de réduire les surtaxes qui pèsent sur les commerçants.

Selon Abbas Nziengui Mabicka, le trop-plein de taxes constitue l’une des causes de la persistance du commerce informel au Gabon. « Si certains commerçants exercent encore dans l’informel, c’est parce qu’ils font l’objet de plusieurs prélèvements. Ce qui les amène à adopter une posture de recul», a t-il déclaré.

Partant de ce constat, le secrétaire exécutif de la Confédération gabonaise des syndicats des commerçants a appelé le gouvernement à prendre des mesures afin de diminuer la multitude de taxes prélevées aux commerçants, et qui peuvent entraver l’exercice de leurs activités. Affirmant que les commerçants en règle sont pour la plupart favorables à l’axe 4 du PRE mais réclament une contrepartie, Abbas Nziengui Mabicka a ajouté que « trop d’impôts tuent l’impôt. Sinon, trop de taxes tuent également la taxe ».

Laissez votre commentaire