mercredi,28 juillet 2021
AccueilA La UneGabon: comment sortir du paradigme contraignant de la crise sanitaire ?

Gabon: comment sortir du paradigme contraignant de la crise sanitaire ?

Ecouter cet article

C’est pour répondre à cette question que la salle de conférence de Libreville Business Square (LBS, ancien Gabon Mining) a abrité une rencontre entre opérateurs économiques des secteurs privé et public, ce 23 juin 2021. En effet, la conférence organisée dans le cadre de « Think Tank Gabon » et conduite par le cabinet OFS Conseil, avait pour thème « La remobilisation des opérateurs économiques en sortie de crise sanitaire ». L’objectif principal de cette rencontre était de comprendre les meilleures pratiques de gestion mises en œuvre au plus fort de la crise sanitaire, mais également de mener une réflexion conjointe sur les modalités de sortie du paradigme contraignant, voire bloquant de la crise sanitaire.

Ainsi, c’est une belle et riche brochette de personnes influentes de la scène économique gabonaise qui a investi les locaux de Libreville Business Square, afin de partager une réflexion sur « la remobilisation des opérateurs économiques en sortie de crise sanitaire ». Angèle Yeno Boundono, conceptrice de la plateforme collaborative « Think Tank Gabon » et directrice générale de Havas Africa Gabon a ouvert les hostilités avec la présentation de ce nouveau format de rencontre et l’introduction de l’hôte du jour, Fabrice d’Almeida.

D’emblée, Fabrice d’Almeida, gérant associé du cabinet OFS Conseil et modérateur de cette conférence, a souligné que la crise ayant poussé les opérateurs économiques à se recroqueviller, il fallait réagir vite. « La covid-19 est une tragédie qui nous a repliés sur nous-mêmes. Beaucoup de gens sont restés dans leurs cocons, pourtant face à cette crise ils ont tous réfléchi aux moyens d’en sortir. Mais sans plateforme pour en débattre et challenger ces idées, nous sommes perdants. D’où la tenue de cette conférence », a-t-il déclaré, avant d’introduire les panélistes. 

Résilience, formation, diversification, innovation, adaptation, responsabilité, transformation digitale… Ces mots qui ont été prononcés par les panélistes de la conférence sur la remobilisation des opérateurs économiques sont ceux qui ont permis aux entreprises gabonaises de faire face à la crise sanitaire sans précédent qui secoue le pays depuis mars 2020. De la toute petite entreprise (TPE), la PME, l’ETI, en passant par la grande entreprise, toutes ont dû se creuser les méninges pour ne pas mettre la clé sous le paillasson après les nombreuses mesures drastiques prises par le gouvernement gabonais pour endiguer la propagation du coronavirus. 

Le point souligné par le Dr Andrew Crépin Gwodog, administrateur-directeur général de la Société commerciale gabonaise de réassurance (SCG-Ré) sur le rôle de régulateur et facilitateur que doit jouer l’Etat, en plus d’être un partenaire privilégié de tous les acteurs économiques (secteurs privé et public) du pays, tout en promouvant l’investissement des nationaux, a été partagé par la plupart des participants. Un rôle crucial qui, s’il était assuré, permettrait à l’économie du pays de se développer et favoriser la création de richesses et de valeurs.

Sponsor de l’évènement, l’Agence nationale de promotion des investissements (Anpi-Gabon) par la voix de son directeur général, Ghislain Moandza Mboma, n’a pas manqué de rappeler la volonté des pouvoirs publics d’améliorer le climat des affaires à travers les réformes entreprises ces dernières années. Mieux encore, le Plan d’accélération de la transformation (PAT) a mis un accent particulier sur l’agriculture. « L’ANPI a fait une analyse des importations sur tout produit confondu et dispose de business cases. L’investissement sur les filières d’importation est une opportunité et un réel débouché pour les investisseurs nationaux», a-t-il assuré aux participants. 

Pour rappel, les participants ont été entretenus grâce à plusieurs panels prévus par les organisateurs, notamment le panel santé, commerce et distribution, audiovisuel et NTIC animé par Sana Sonnié, directrice générale de Canal+ et de Kamal Okba, directeur général d’Airtel, le panel banque et finance qui était animé par Marie Delphine Lemanga Emande, représentante résidente de la BDEAC (banque des Etats de l’Afrique centrale) et Yvan N’na Mboma, directeur général de Cofina. Enfin, le panel de clôture était composé du Dr Andrew Gwodog, administrateur-directeur général de la SCG-Ré et Adrien Degbey, associé Grant Thornton.

Laissez votre commentaire