Gabon: la Coalition annonce des manifestations sur l’ensemble du territoire

La CNR vent débout contre la Décision n°219/CC du 14 novemrne 2018 © D.R

Après avoir bravé l’interdiction du ministère de l’Intérieur de tenir une manifestation au Carrefour Rio, le sénateur du 2ème arrondissement de la commune de Libreville Jean Eyeghe Ndong était face aux populations à son siège du quartier Nkembo. Il était question lors de cette rencontre d’édifier l’opinion sur la situation du pays annonçant au passage l’organisation de manifestations à Libreville et à l’intérieur du pays dès la semaine prochaine.

S’achemine t-on vers un bras de fer entre l’opposition réunie au sein de la Coalition pour la nouvelle République autour de Jean Ping et les autorités? C’est ce que laisserait présager la rencontre animée par les responsables de ce regroupement politique conduit par l’ancien premier ministre qui a appelé les Gabonaises et les Gabonais à se mobiliser pour faire barrage à la manipulation de la Constitution.

Lors de cette rencontre, Jean Eyeghe Ndong, qui a refusé de s’épancher sur l’état de santé d’Ali Bongo, est revenu longuement sur la décision de la Cour constitutionnelle d’ajouter un alinéa à l’article 13 de la Constitution. Tout en réaffirmant la nécessité d’appliquer le droit en cas de vacance, le président étant depuis un mois maintenant absent, il a relevé la nécessité de prendre en compte la question de l’élection présidentielle d’août 2016 qui selon lui est loin d’être terminée.

« Il y a un contentieux qui reste à vider depuis la présidentielle d’août 2016 : l’annulation sans explication des résultats de 21 bureaux de vote dans le 2e arrondissement de Libreville », a-t-il martelé. Estimant que les 10 000 voix auraient suffit à Jean Ping de remporter le scrutin face à Ali Bongo déclaré vainqueur à sa place.

Face à ce qu’il estime être un enlisement de la crise née du scrutin de 2016, ce proche de Jean Ping a déclaré qu’il était temps que les Gabonais fassent entendre leur voix pour dire non à une énième manipulation. C’est dans cette optique que les leaders de la Coalition ont annoncé la tenue dès la semaine prochaine d’une série de manifestations qui auront non seulement pour objectif de dénoncer la violation de la Constitution par Marie Madeleine Mborantsuo, mais aussi revendiquer « l’installation de Jean Ping à la place qu’il faut à la présidence de la République ».

Laissez votre commentaire