Gabon/CNSS: Retour au paiement trimestriel des pensions de retraite

La Directrice générale de la CNSS Nicole Assélé © GMT

C’est à l’occasion d’une conférence de presse organisée ce mardi 16 avril dans les locaux de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), que la directrice générale de cette entité a édifié la presse et ses collaborateurs sur les réformes en cours notamment celles visant à revenir au paiement trimestriel des pensions. Ainsi, c’est dans un souci de conformité, de viabilité et d’exigences financières, que Nicole Assélé a décidé de revenir à ce mode de paiement fixé par la loi.



«  si nous voulons sauver la CNSS, dont les prévisions actuarielles prédisent une banqueroute d’ici deux à trois ans, nous devons prendre des décisions courageuses et audacieuses ». A travers ces mots, la directrice générale de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), s’est voulue pragmatique. En justifiant la mesure visant à revenir à un mode de paiement trimestriel des pensions, Nicole Assélé a évoqué un certain nombre de points clés. .

En effet, le premier point évoqué par cette dernière, est la loi N°6/75 du 75 novembre 1975 portant code de sécurité sociale en République gabonaise. Cette loi qui fixe les conditions de paiement des prestations de la CNSS auprès des retraités, souligne en son alinéa 2, que les pensions doivent être payées trimestriellement et non mensuellement comme c’est le cas depuis juin 2014.

Le deuxième point quant à lui est d’ordre économique, puisque la contraction des finances publique ne permet plus à cette entité de pouvoir régler en temps et en heure ces prestations. Comme l’a d’ailleurs souligné Nicole Assélé, la dette des entreprises et de l’État vis à vis de la CNSS est de l’ordre de 400 milliards de Fcfa. Quand on sait qu’elle encaisse un montant avoisinant les 28 milliards de Fcfa de cotisations trimestrielles, pour 32 milliards de Fcfa de dépenses, on se rend donc compte qu’il y a un gap de plus de 4 milliards de Fcfa chaque trimestre à la CNSS.

Par ailleurs, les conditions d’ordres opérationnel et juridique au sein de la CNSS contribuent fortement aux difficultés financières de cette structure étatique. Ainsi, ce mode de paiement mensuel, en plus d’être en dehors du cadre légal et réglementaire, ponctionne pas moins de 120 millions de Fcfa mensuellement soit 360 millions de Fcfa par trimestres, du fait notamment de la main d’œuvre ponctuelle qu’il faut engager dans l’urgence, comme l’a précisé la directrice générale.

Laissez votre commentaire