jeudi,3 décembre 2020
Accueil A La Une Gabon: clochardisés par l’ANPN, les écogardes durcissent leur mouvement de grève

Gabon: clochardisés par l’ANPN, les écogardes durcissent leur mouvement de grève

C’est à la faveur d’un entretien accordé à notre confrère L’Aube que le Syndicat national des écogardes du Gabon (Syneg) a, par l’entremise de son Secrétaire général Sosthène Ndong Engonga, annoncé le durcissement de son mouvement de grève. Et pour cause, les propositions faites par la direction générale de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) se sont révélées « insignifiantes ».

Le divorce est définitivement consommé entre la direction générale de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) et le Syndicat national des écogardes du Gabon (Syneg). Et ce, malgré de vaines tentatives de conciliation entamées la semaine écoulée durant les deux rencontres initiées dans ce sens. Selon les syndiqués, ce statu quo, le manque de diligence apparent de la tutelle mêlé à l’indifférence du ministre Pr. Lee White ont fortement dégradé le climat social

« Nous sommes entrés en négociation avec la tutelle. Mais il n’y a rien eu de satisfaisant à retenir. Je tiens à vous dire que nous n’avons pas eu un terrain d’accord dans la mesure où elle nous demande de suspendre la grève sans condition » , a déclaré Sosthène Ndong Engonga, secrétaire général du Syneg lors d’un entretien accordé à notre confrère L’Aube.

Toute chose qui a conduit ledit syndicat à appeler à un retour à la grève si la tutelle ne bronche pas dans un court délai. « Je suis venu, après cette rencontre, demander à la base de décider. C’est donc unanimement que la décision de poursuivre le mouvement de grève a été validée », a conclu Sosthène Ndong Engonga. 

La semaine dernière un écho garde gréviste confiait à Gabon Media Time tout le mal être qu’il subissant, entre les impayés de salaires et l’absence de cotisations sociales, l’incertitude habitait ce jeune Gabonais devenu écogarde par amour pour la nature. 

Pour rappel, le Syneg a revendiq entre autres le paiement de deux mois de salaires impayés, l’amélioration des conditions de travail, la préservation des droits professionnels et le non-versement des cotisations CNSS et Ascoma, pourtant prélevées. Des droits sociaux légaux qui, s’ils sont réglés, ramèneront la sérénité au sein de cette agence perfusée par des milliards, tant bien nationaux que provenant de bailleurs de fonds internationaux.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion