samedi,23 octobre 2021
AccueilA La UneGabon: circulation bloquée au bord de mer à la suite du mouvement...

Gabon: circulation bloquée au bord de mer à la suite du mouvement d’humeur des agents de la Poste

Ecouter cet article

Après avoir suspendu leur mouvement de grève suite aux garanties données par le gouvernement durant la semaine écoulée, les agents du Syndicat national de la Poste (Synaposte) battent de nouveau le bitume depuis le mardi 24 novembre dernier. Et pour cause, aucun versement de salaire n’a été effectué sur les comptes des postiers malgré la promesse du ministre de tutelle technique visant à payer les deux mois d’arriérés de salaires et ramener ce paiement à date fixe. 

« Nous refusons d’être des cordonniers mal chaussés et des tailleurs mal habillés » a martelé Chérubin Claver Bayonne, secrétaire général adjoint du Synaposte au micro de Gabon Media Time. Une phrase reprise en chœur par ses pairs qui ne comprennent pas le fait que les salaires des fonctionnaires domiciliés à la poste sont payés tandis que les personnes habilitées à réaliser ces paiements restent depuis 2 mois sans salaire. Une situation d’autant plus difficile que les parents d’élèves qu’ils sont n’ont pu supporter les dépenses inhérentes à la rentrée scolaire.

La cessation de paiement de salaires constatée clochardisant ces agents publics qui éprouvent toutes les peines du monde à joindre les deux bouts. « Les enfants des autres vont à l’école depuis 2 semaines mais les enfants des postiers sont postés à la maison parce que nous n’avons pas les ressources pour scolariser nos enfants. Nous avons des collègues qui sont chassés de chez eux car les bailleurs veulent rentrer dans leurs fonds », a déploré le leader syndical.

Toute chose qui a conduit les postiers à convoquer une assemblée générale le lundi 23 novembre dernier à ce propos. Au terme de celle-ci, l’ensemble du personnel a décidé de rentrer à nouveau en grève pour revendiquer leurs droits les plus élémentaires. Ainsi, tous les bureaux de poste sur Libreville et même dans l’intérieur du pays sont fermés. Une situation qui risque de soulever une autre puisque plusieurs fonctionnaires attendent d’y être payés. Vivement que les plus hautes autorités en tête desquelles le Chef de l’État Ali Bongo Ondimba, se saisissent du dossier pour éviter une paralysie.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop