Gabon: Christian Magnagna pour un développement harmonieux du secteur minier

Christian Magnagna, le ministre de la Valorisation et de l’industrialisation des ressources minières © GMT

Lors de la cérémonie de lancement des travaux de réhabilitation des voiries de la commune de Moanda et de la pose de la première pierre de la « Cité de relogement des populations des quartiers Leyima et Lekolo 2 » qui s’est déroulée le mercredi 23 janvier dernier, le ministre de la Valorisation et de l’industrialisation des ressources minières Christian Magnagna a lors de son allocution de circonstance, tenu à décliner la vision pour ce secteur.

GABON LIBREVILLE

Depuis son arrivée en 2016 à la tête du ministère des Mines, Christian Magnagna s’est largement investi pour faire de ce secteur un levier de croissance économique. C’est d’ailleurs grâce à cette volonté qu’il a été au premier plan pour la réalisation de ces travaux, qui contribueront à l’amélioration des conditions de vie des populations de Moanda.

Celle-ci concerne la réhabilitation des voiries de la commune de Moanda et de la pose de la première pierre de la construction de 400 logements au profit des populations dites « des bordures » de l’extension du plateau de Bangombé. D’ailleurs durant son allocution, il a souligné l’importance que revêt le partenariat avec les entreprises minières, qui comme avec le cas de la Comilog contribue au développement dans le cadre de sa responsabilité sociale et environnementale.

Pour lui les retombées du secteur minier doivent répondre aux besoins des populations notamment en termes de source de revenus, de création d’emplois, de développement d’infrastructures et de soutien à la production autour des bassins d’exploitation minière.

Engagé dans un processus de diversification de son économie, le Gabon mise sur la redynamisation du secteur minier. « Parti de 2% en 2016, la contribution du secteur minier au Produit intérieur brut est passé aujourd’hui à 6% ». L’objectif étant, selon Christian Magnagna, d’atteindre au moins 10%, sur les deux prochaines années. Pour répondre à cette logique le pays mise sur le manganèse qui est en progression en termes de coûts et de volumes, mais aussi sur d’autres minerais, tel que le diamant et le fer grâce notamment à la diversification du secteur minier.

Au nombre des réformes sur le plan aurifère par exemple il prévoit une réorganisation de ladite filière grâce à l’audit en cours prévu sur l’ensemble du territoire et la construction d’une usine de raffinage de l’or à Nkok. Pour l’harmonisation et le développement  de l’activité diamantifère, le Gabon a récemment intégré au processus de Kimberley, forum international de négociation tripartite visant à stopper et prévenir le commerce des « diamants de guerre ». La stratégie minière 2019 prévoit l’accélération de la contribution des orpailleurs et diamantifères réunis en coopératives. Tout le monde devant s’investir dans le défi de l’amélioration de la contribution du secteur dans le PIB National.

Autre réforme engagée par Christian Magnagna depuis son arrivée à la tête du ministère des Mines l’élaboration d’une nouvelle loi portant réglementation du secteur minier en République Gabonaise adoptée par le parlement en décembre 2018. Ainsi, celle-ci pourra non seulement déterminer  le régime juridique et économique de l’activité minière au Gabon mais également attirer l’investissement direct étranger et l’accompagnement des bailleurs de fonds pour une meilleure participation du secteur minier au développement économique et social du pays.

Laissez votre commentaire