Gabon-Chine: 45 ans d’une coopération axée sur le divertissement

© DCP

Alors que le Gabon et la Chine célébraient ce vendredi les 45 ans d’une coopération multiforme, nous nous sommes intéressés aux différents projets réalisés par l’Empire du milieu en terre gabonaise. Ainsi, l’on retiendra principalement un stade et un palais des Sports à Libreville, un autre à Port-Gentil et enfin le stade d’Engong à Oyem, comme infrastructures majeures réalisées dans le cadre de cette coopération. Ce qui nous amène donc à nous demander, si cette coopération n’est finalement pas axée sur le divertissement.



Si dans plusieurs pays d’Afrique tels que l’Angola, la Zambie, le Nigeria, la RDC, Djibouti ou encore la Tanzanie, l’Empire du milieu s’est investi dans la construction ou la réhabilitation de routes ou de voies ferrées, au Gabon c’est plutôt dans le divertissement et la réjouissance que s’est principalement axé cette coopération jusquelà. Ainsi, en 45 années d’une coopération étroite, ce sont essentiellement des stades de foot qui sont sortis de terre.

En effet, alors que le pays a véritablement besoin d’un réseau routier de qualité ou encore d’infrastructures scolaires, sans oublier un besoin accru de produire de l’électricité et de faciliter l’accès à l’eau potable, les pouvoirs publics ont  préféré axer la coopération avec la Chine sur la construction de nombreuses enceintes sportives. Privilégiant le Sport à l’éducation ou même au logement, le gouvernement a donc multiplié les emprunts.

Entre le stade de l’amitié (30 milliards de Fcfa), celui de Port-Gentil (56 milliards de Fcfa), celui d’Oyem (48 milliards de Fcfa) ou encore le Palais des Sports (évalué à plus de 25 milliards de Fcfa), ce sont près de 160 milliards de Fcfa qui ont été investis pour très, voire trop peu de rendement. A titre d’exemple, le Rwanda qui est un partenaire privilégié de la Chine, a axé sa coopération sur la construction de routes, la rénovation d’hôpitaux, et le développement du nouvel aéroport rwandais, qui sont des projets réellement structurant.

S’il est vrai que la route Port-Gentil/Omboué réalisée et financée à plus de 80% par la partie chinoise dans le cadre de cette coopération, devrait constituer un véritable aboutissement et ouvrir la province de l’Ogooué Maritime au reste du Gabon, il n’en demeure pas moins qu’au regard de l’engouement et de l’enthousiasme suscités par cette coopération Sino-gabonaise, la population gabonaise devait s’attendre à un véritable boom infrastructurel.  

Laissez votre commentaire