Gabon: Chantage, manipulation et mafia autour de la sélection nationale de football

Les Panthères du Gabon en entrainement © D.R

Les récentes révélations de notre confrère Freddy Khoula sur ce que l’on pourrait qualifier de « mafia » autour de la sélection nationale gabonaise, ont jeté le discrédit sur celle-ci. Entre « petits arrangements », dictature et chantage, les joueurs et le sélectionneur national Daniel Cousin sont pris en otage par certains « roitelets » qui n’hésitent pas à torpiller l’avenir de la sélection.

GABON LIBREVILLE

C’est un scénario digne des films de mafia de Martin Scorsese. Alors que de nombreux maux minent le football gabonais en tête desquels un manque criant d’organisation, d’autres maux encore plus graves seraient à l’origine de nombreux dysfonctionnements au sein de la sélection.

En effet, selon notre confrère Freddy Khoula qui a  été menacé de mort par le chargé de la sécurité des Panthères du Gabon Mo Sidibé, ce dernier et plusieurs autres responsables de la sélection feraient du chantage aux joueurs. Ces responsables, exigeraient des avantages en nature et en numéraire de la part de certains joueurs, pour intégrer l’équipe ou simplement être appelés en sélection.

Selon certaines indiscrétions, des paires de chaussures de luxe allant jusqu’à 450 euros pièce, seraient exigées à certains joueurs pour être appelés faute de quoi ils sont bannis. Exemple parfait de ce chantage, Kanga Guélor. Le milieu de terrain du Sparta Prague malgré d’excellentes performances avec son club, est très souvent snobé, malgré un apport conséquent à la moindre  de ses apparitions.

Ces « roitelets » agissent donc en toute impunité et au mépris des règles d’éthique et de déontologie, alors même  que la fédération gabonaise de football (Fegafoot), a récemment indiqué « que l’équipe nationale n’est pas un champ d’expérimentation ». Perturbant l’équilibre et l’harmonie de l’équipe, ces responsables, entravent les décisions du sélectionneur.

Laissez votre commentaire