Gabon: «ce sont avant tout nos enfants», l’appel de Barro Chambrier aux forces de l’ordre

Alexandre Barro Chambrier, président du RHM © D.R

Alexandre Barro Chambrier, président du Rassemblement pour la Patrie et la Modernité (RPM) a dans une déclaration, apporté son soutien aux élèves des  lycées et collèges du pays qui battent le pavé depuis lundi pour manifester leur opposition  à la réforme de la bourse d’études annoncée par le gouvernement au terme du Conseil des ministres du 29 mars dernier tout en mettant en garde  les forces de sécurité et de défense contre d’éventuels  dérapages.



Dès l’entame de sa déclaration, le président du RPM a tenu à manifester son soutien et celui de son parti aux collégiens et lycéens de Libreville et de l’intérieur du pays qui manifestent contre le durcissement des conditions d’accès aux bourses d’études. « J’apporte donc tout mon soutien à cette jeunesse consciente et responsable, qui se bat pour défendre son droit à l’éducation », a-t-il martelé.

Commentant les débordements récents qui se sont produits à Mouila et à Port-Gentil, Alexandre Barro Chambrier a appelé les autorités, notamment les gendarmes et les policiers à faire preuve de retenue.  « Devant ces évènements qui dégénèrent en affrontements, j’invite instamment les pouvoirs publics, et particulièrement les forces de sécurité et de défense à faire montre du sens des responsabilités et de la nécessaire pondération face à nos jeunes compatriotes qui sont, avant tout, nos enfants », a-t-il souligné.

Alexandre Barro Chambrier  estime en outre, que les élèves ne doivent pas payer le prix  de la « gestion scabreuse des finances publiques ». Cette réforme qui est présentée selon lui « par les tenants du pouvoir comme une nécessaire pour améliorer la qualité du système éducatif n’est en réalité que la conséquence de la mauvaise gouvernance, du pillage en règle des ressources, des choix hasardeux, de l’improvisation, de l’amateurisme, et la preuve de l’incompétence de ce régime ».

Pointant du doigt l’irresponsabilité des gouvernements successifs d’Ali Bongo Ondimba qui n’ont pas pu construire des établissements et améliorer les conditions de « promiscuité et de misère dans lesquelles sont plongés élèves et enseignants », Alexandre Barro Chambrier a invité les politiques et la société civile « à rester attentifs et vigilants afin de dénoncer et condamner tout dérapage », a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire