vendredi,17 septembre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: bruit de botte dans le secteur de l'éducation à l’approche de...

Gabon: bruit de botte dans le secteur de l’éducation à l’approche de la rentrée

Ecouter cet article

C’est à la faveur d’une déclaration de presse faite le samedi 21 août dernier que la Fédération syndicale des enseignants de l’éducation nationale (Fesena) a lancé une diatribe envers le gouvernement. Pointant du doigt les errements du Pr. Patrick Mouguiama-Daouda dans la prise en charge de leurs revendications, Alain Mouagouadi, président de ladite plateforme syndicale, a marqué son inquiétude quant à la reprise des activités académiques.

Un mois après la tenue du 6ème congrès ordinaire ayant abouti à la restructuration de leur coalition, Alain Mouagouadi, président de la Fédération syndicale des enseignants de l’éducation nationale, était devant la presse locale pour faire le point sur la situation dans leur secteur d’activité. Loin d’être tendre envers le ministère de tutelle, le leader syndical s’est fendu d’un discours limpide qui révèle l’incongruité et l’inconsidération des gouvernants vis-à-vis du devenir de la jeunesse prétendument « sacrée ».

Pour Alain Mouagouadi, le gouvernement ne manque pas de se payer la tête des enseignants en plongeant dans des promesses tous azimuts. Il y a notamment dénoncé le non-lancement des travaux de la commission ministérielle du dialogue social, la non-régularisation des situations administratives et financières de plusieurs centaines de jeunes enseignants et l’absence de signature sur l’arrêté pour l’organisation des concours de l’Ecole normale supérieure (ENS) et l’Ecole normale des instituteurs (ENI). 

Las d’être tournés en bourrique par le Pr. Patrick Mouguiama-Daouda, les membres de la Fesena se sont dits prêts à répondre favorablement à l’appel à la réflexion collégiale lancée par la Convention nationale des syndicats du secteur Éducation (Conasysed). « Nous invitons notre administration à mettre à profit ces vacances pour prendre des décisions qui nous permettront de commencer la prochaine année scolaire dans la sérénité », a-t-il lancé à l’endroit du Premier responsable de l’éducation dans notre pays. Non sans indiquer leur intention de participer à la mobilisation générale initiée par la Conasysed. Le retour dans les salles de classe pourrait en être impacté.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop