Gabon : Brice Laccruche Alihanga a-t-il refusé de déférer à une convocation devant le juge ?

Gabon Gabonmediatime Brice Laccruche Alihanga Gabon
Brice Laccruche Alihanga, menotté et accompagné par les éléments de la sécurité pénitentiaire, le 13 décembre 2019 à Libreville. © D.R.

Dans le cadre de l’opération Scorpion visant l’assainissement des finances publiques, Brice Laccruche Alihanga était attendu le 02 janvier dernier devant le juge d’instruction aux fins d’audition sur les faits présumés de détournements. Si des informations ont fait état du refus du directeur de cabinet politique d’Ali Bongo Ondimba, de déférer à ladite audition, pour l’avocat de l’ancien membre du gouvernement Anges Kevin Nzigou il n’en est rien, indiquant que son client était « impatient de revoir ses juges  et n’a jamais été convoqué par un quelconque juge d’instruction ». 


En effet, c’est ce lundi 07 janvier que l’opinion apprenait que l’ancien DCPR aurait reçu le  02 janvier dernier un avis d’audience. Ledit avis rendu public par le site d’information en ligne Top Info Gabon faisait état d’un avis de la Cour d’appel visant à « signifier urgemment à  l’inculpé que la procédure suivie de détournement des fonds publics, instigation de détournement de fonds publics, concussion, blanchiment des capitaux et association des malfaiteurs en l’encontre de sa personne sera appelée devant la chambre d’accusation spécialisée à l’audience du jeudi 02 janvier 2020 à 9 heures 00 mn ». En vertu de certaines assuétudes procédurales, Brice Laccruche Alihanga devait viser la copie jointe et la retourner au parquet. 

Selon le site d’information, l’ancien ministre chargé du Suivi de la stratégie des Investissements humains et des Objectifs de développement aurait opposé une fin de non recevoir au moment de prendre connaissance de la convocation sur laquelle était marquée les chefs d’accusation et aurait purement et simplement refusé d’honorer celle-ci, pour la simple raison qu’il ne se reconnaîtrait pas dans l’énumération desdites accusations. Une information qui a vite été démentie par l’avocat de l’ancien DCPR d’Ali Bongo. 

Contacté par Gabon Media Time, Maître Anges Kevin Nzigou a indiqué que bien que « souffrant », son client « est impatient de revoir ses juges  et n’a jamais été convoqué par un quelconque juge d’instruction ». « Cette information qui veut  le faire passer pour un récalcitrant veut étouffer la situation de ses conditions humiliantes, inhumaines et honteuses de détention qui sont d’actualités et n’honorent ni notre pays ni les responsables de cette situation », a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire