Gabon: la BGD mise en liquidation par la COBAC

Siège social de la Banque gabonaise de développement © D.R

C’est une page qui se tourne dans l’univers bancaire gabonais. Après des années à broyer du noir, la Banque gabonaise de développement (BGD) qui avait récemment eu quelques motifs d’espoir, vient de les voir partir en fumée. Ainsi, malgré le plan de restructuration proposé par l’administrateur provisoire de la banque, la Commission bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC), s’est prononcée en faveur de sa mise en liquidation.

Créée en 1960 sous l’impulsion d’une dynamique nouvelle, la Banque gabonaise de développement (BGD) a été durant quelques décennies, un des fleurons du secteur bancaire gabonais, avant que la « mauvaise gestion » ne précipite sa chute. Ainsi, après des années d’insolvabilité et de difficultés financières en tous genres, elle a été sommée de mettre la clé sous la porte.

En effet, réunie dans un premier temps en session ordinaire à Yaoundé, la Commission bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC) avait examiné la situation de la banque, en mettant un accent particulier sur son plan de restructuration. Jugé « pas crédible » notamment au regard « de l’urgence que requiert la situation très critique de cette banque », ce plan n’aura donc pas suffi à sauver la BGD.

Par conséquent, la COBAC s’est vu contrainte de procéder au retrait d’agrément prudentiel de la BGD, conformément à l’article 53 du règlement n°02/14/CEMAC/UMAC/COBAC/CM relatif au traitement des établissements de crédits en difficulté. Le président de cette commission devra donc nommer un liquidateur à la BGD et fixer sa rémunération.

En outre, la COBAC a décidé de proroger le mandat de Steeve Saurel Legnongo en tant d’administrateur provisoire de la BGD jusqu’au 31 décembre 2018, en vue de la mise en liquidation prochaine de la banque. C’est donc un nouveau symbole de l’économie gabonaise qui s’apprête à passer à la trappe, faute d’avoir su s’arrimer aux nouvelles normes de gestion.

Laissez votre commentaire