vendredi,30 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon/Bénin: une défaite, des inquiétudes et des enseignements

Gabon/Bénin: une défaite, des inquiétudes et des enseignements

La première défaite des Panthères version Patrice Neveu ce dimanche 10 octobre à Lisbonne face à une solide équipe des Ecureuils du Bénin a mis en lumière certaines insuffisances de la sélection nationale. Des insuffisances qui oscillent entre absence de profondeur du banc, faiblesse des remplaçants, cadres vieillissants et cohésion collective à revoir nécessairement avant la double confrontation décisive contre les Scorpions de la Gambie. 

Une prestation insipide, c’est en ces termes que l’on pourrait  résumer la prestation des poulains de Patrice Neveu à Lisbonne. Tant Bruno Ecuele Manga et ses hommes, décevants sur l’ensemble de la rencontre  ont montré un visage terne, qui rappelle celui des dernières année sombres du football gabonais. 

Est ce que les absences conjuguées de Pierre-Emerick Aubameyang, Mario Lemina, Andre Biyogo Poko et Aaron Appindangoye se sont révélées si préjudiciables au point de dépeindre de façon aussi flagrante sur la qualité du groupe, la cohésion du jeu et la solidarité collective de l’équipe ? Est-ce à considérer qu’en présence des ces cadres de la sélection, le Gabon aurait triomphé du Bénin ? Ce sont des  interrogations qui constamment sont revenues avec acuité chez plusieurs observateurs et compatriotes ayant suivi la rencontre. 

Ce ne sont là que de simples supputations et présuppositions car dans les faits, seule la réalité du terrain compte. Et sur le terrain, samedi au Stade Pina Manique de Lisbonne plusieurs titulaires étaient sur la pelouse. Ecuele Manga, Palun, Ndong, Allevinah, Bouanga, tous des titulaires indiscutables ont montré un visage bien terne. Sans inspiration, cette équipe a manqué d’âme et de personnalité face à une sélection du Bénin sans star certes, mais qui s’est appuyée sur ces fondamentaux qui ont manqué aux Panthères pour livrer une prestation solide et s’imposer avec plus de coeur que de talent. 

Des absences et un écart de niveau entre les joueurs 

Ce talent que, malheureusement et c’est le second constat, les Gabonais sur le banc et appelés pour remplacer les titulaires n’ont cruellement pas. Une profondeur de banc faible qui manque de qualité, de maturité et de personnalité.  Louis Ameka Autchanga, Junior Noubi Fotso, Fahd Ndzengue, Serge Ngouali, Junior Assoumou Akue ou Sidney Obissa se révèlent trop tendres, pour ne pas dire n’ont pas le niveau. Et sur le terrain dimanche, c’était flagrant. 

Dimanche, lors des différentes phases de jeu, les Panthères étaient trop éloignées les unes des autres. Serge  Martisson Ngouli choisi pour remplacer André Poko est à des années lumière d’un Didier Ndong Ibrahim. Sidney Obissa perdu tout au long de la rencontre n’a pas le niveau d’un Aaron Appindangoye. Cet écart de niveau flagrant entre les titulaires et les remplaçants a explosé au grand jour à Lisbonne. Sans le 11 habituel qui a montré satisfaction, c’est ma bouillie. Le seul à afficher le niveau des cadres est Aaron Boupenza, du reste, le meilleur Gabonais sur la pelouse. 

La nécessité d’une profondeur de banc de qualité 

Dans cette désolation, les férus du sport roi et soutiens des Panthères ont peutêtre ce sur quoi s’appuyer et se cacher admettant l’idée que cette défaite est certainement frappée du sceau de l’absence de ses cadres. Et ils sont en droit de le penser, car les qualités de percussion, de vitesse, de projection vers l’avant et de cohésion observées dans les premiers sorties de Neveu ne peuvent pas disparaître aussi facilement. C’est donc là le prochain vrai chantier de Neveu : construire une équipe solide avec des entrants et ses sorties de bancs du niveau ou presqu de ceux sur le terrain éligibles pour une compétition de haut niveau comme la Coupe d’Afrique des Nations. En d’autres termes, le Gabon a besoin d’une vraie profondeur de banc. 

Dans 3 semaines face à la Gambie, si notre sélection ne veut pas compromettre sa chance de qualification, elle  devra montrer un tout autre visage. Faire montre de la solidité, de personnalité avant de faire parler le talent qui ne manque pas dans les jambes, des éléments comme Ndong, Aubameyang, Lemina, Bouanga ou Allevinah. A charge également au sélectionneur nationale Patrice Neveu de trouver, une stratégie ou un système fiable dans le cas où de ses cadres pour quelque raison que ce soit ne participaient à la double confrontation. 

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion