lundi,30 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon: Bengone Nsi dénonce le flou autour des apparitions furtives d’Ali Bongo

Gabon: Bengone Nsi dénonce le flou autour des apparitions furtives d’Ali Bongo

L’incertitude sur l’état de santé du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba n’a pas fini d’alimenter les discussions au sein de la classe politique gabonaise. Ainsi, la proposition du premier secrétaire de Démocratie nouvelle René Ndemezo’o Obiang, de modifier les dispositions relatives à la durée de l’intérim en cas d’empêchement définitif du président de la République, n’a pas manqué de susciter des réactions notamment celle du président du Mouvement de redressement national (Morena)Luc Bengone Nsi qui a fustigé le flou qui règne désormais au sommet de l’Etat.

Réagissant à notre article intitulé: Ndemezo’o favorable au prolongement «de la durée de l’intérim du président de la République» l’opposant historique au régime « Bongo-PDG » s’est interrogé sur le brouillard qui règne depuis le mois d’octobre 2018 au sommet de l’Etat et qui laisse présager selon lui une possible succession d’Ali Bongo. Reprenant les rumeurs largement diffusées sur les réseaux sociaux faisant état de l’utilisation d’un sosie pour remplacer le chef de l’Etat durant ses apparitions furtives, il a fustigé le fait que « certains s’obstinent à faire porter les masques humains parfaits ou imparfaits à certains individus pour les faire passer pour Ali vivant ».

Dans le même ordre d’idées, il s’est interrogé de ce qui apparaît comme une campagne pour faire accepter dans l’opinion l’idée d’un intérim plus ou moins prolongé. « Doit-on modifier une Constitution pour répondre à la convenance de quelques personnes », s’est-il questionné.

« Il est officiellement déclaré qu’Ali serait indisponible, donc incapable d’assumer ses fonctions. Il ne faudrait donc pas emmener au cours des nuits des individus portant des masques humains tenus loin des citoyens pour les faire passer pour Ali Bongo. Cela commence à paraître grossier et même ridicule. Un intérim prolongé serait inimaginable, car on voudrait confier la tête de l’Etat à un homme qui n’aurait pas été élu par le peuple pour jouir de la légitimité », a dénoncé le président du Morena.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion