mardi,27 octobre 2020
Accueil Derniers articles Gabon : axe Lebamba-Bongolo, la route de la honte

Gabon : axe Lebamba-Bongolo, la route de la honte

6 kilomètres, c’est la distance qui sépare la ville de Lebamba au quartier Bongolo, réputé pour son hôpital américain connu à l’international et dont les faits drainent vers ledit hôpital, les Gabonais de presque toute la province. Seulement, ces 6 kilomètres sont dans un état déplorable proche de l’impraticable, empêchant ainsi les habitants de Lébamba et même des environs d’y accéder. 

C’est un secret de polichinel, la Ngounié Sud traîne depuis plusieurs années ce statut de paria et de laissé pour compte de l’ambitieux projet « Ngounié Forte », dont le promoteur n’était autre que l’actuel député de la Dola, jadis directeur général du Budget Yves Fernand Manfoumbi. Si la Ngounié Nord a pu profiter de ce projet, en voyant ses infrastructures routières évoluer, il n’en est rien pour la Ngounié Sud à l’image de cette route Lebamba/ Bongolo les quelque 6 kilomètres se sont transformés en calvaire pour les usagers.  

Certes la ville s’est agrandie et a connu un semblant de développement. Mais  le réseau routier reste l’aspect le moins évolué de la ville. Les travaux relatifs à la  la traversée du pont la Louetsi avaient apporté à ce tronçon, un léger goudron aujourd’hui complètement écuré par la nature. En saison de pluies, la boue, les nidsdepoules et petits bourbiers font souffrir le martyre aux transporteurs et autres chauffeurs qui désormais ne sont plus disposés, vu l’état de la route, à rallier Bongolo. « J’ai peur de casser ma voiture, c’est juste 200f »  déplore  Basta, un riverain. 

Même son de cloche pour pour les élèves du Lycée Paul Ndoba qui chaque matin font un chemin de croix pour regagner leur établissement,  « c’est difficile. Il y a des moments où les élèves  ratent les cours ou arrivent en retard en classe à cause du manque de véhicule surtout en raison de l’état de cet axe » raconte un élève. Des insuffisances et un état de la route qui portent atteinte à la maigre activité touristique née des visiteurs qui souhaitent visiter l’hôpital de Bongolo. « On revient de Lambaréné pour l’hôpital de Bongolo Le chauffeur a refusé de rentrer sur Bongolo, il dit préserver sa voiture » indique Merveille.

A la Mairie de Lébamba et au Conseil minicipal, les autorités restent muettes et insensibles aux cris de douleur de la population même s’il nous a été signalé que plusieurs dossiers sur la table des responsables municipaux en attente de budget pour leur réalisation.    

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion